Fermer
Voir la vidéo

1992 : une date historique

En 5752, Rav Yossef Chalom Eliachiv, le grand décisionnaire de la génération, demande à Rav Azriel Auerbach de créer une nouvelle association afin de distribuer davantage de tsedaka en Erets. En effet, les demandes se multiplient : veuves, orphelins, nécessiteux vont trouver un véritable appui financier et humain.

Une association à nulle autre pareille

L’aide apportée aux nécessiteux est l’œuvre de milliers de cadres communautaires dans tout le pays. Ceux-ci sont affiliés au Vaad Harabanim et tirent le signal d’alarme lorsque la situation le nécessite. Pour enrayer efficacement le phénomène de la pauvreté, il faut agir avant que le navire ne fasse naufrage. De nombreuses personnes ont pu être remises à flot grâce à des actions ciblées qui visent à rétablir des situations catastrophes. Le Vaad Harabanim œuvre 24 h sur 24.

Des bénévoles au dévouement sans borne

Plus de 1700 Rabbanim de tous les courants œuvrent bénévolement dans 96 villes en Erets. Ces Rabbanim sont en général des dirigeants de communautés. Ils connaissent les familles en difficulté et répercutent souvent des demandes sans que les familles les aient elles-mêmes formulées. Ces bénévoles agissent dans l’ombre pour assister les nécessiteux : ils répondent à leurs attentes matériels mais aussi morales en se souciant de leurs besoins les plus divers.

Qui aider ?

De nos jours, la situation économique en Israël est très préoccupante. Même les classes moyennes ne sont plus épargnées : la majorité des foyers ne sont pas en mesure de faire face aux dépenses imprévues. Les budget sont limités et si un impondérable survient (frais dentaires, chômage subit…) les familles, souvent, ne peuvent pas y faire face. Le Vaad Harabanim agit alors sur le terrain.

Une aide efficace

Grâce à l’information et à la rapidité d’action, le Vaad Harabanim agit efficacement. Souvent, les familles pauvres n’osent pas tendre la main. Il faut être informé et agir sans délai afin d’aider dans la discrétion pour que des situations dramatiques ne se reproduisent plus. Les demandes sont adressées par les nécessiteux ou par les Rabbanim qui se tournent vers l’Association si besoin est.

La spécificité de l’association ?

Le Vaad Harabanim est un pont entre ceux qui souhaitent donner et ceux qui nécessitent une aide. Souvent, les gens ont le désir de s’investir et d’accomplir avec largesse la mitsva de tsedaka, mais restent méfiants quant aux destinataires de leurs dons. Sont-ils réellement des personnes dans le besoin ? Le Vaad est une association reconnue de tous, dont les Rabbanim sont les responsables, et les Guedolim les garants. Le Vaad Harabanim permet à tous les Juifs de donner en toute confiance.

5 moments forts

Le Vaad Harabanim organise 5 collectes annuelles, lors des grandes fêtes juives : Roch Hachana, Hanouka, Pourim, Pessa’h et Chavouoth. Grâce à la générosité des donateurs, il a réussi cette année à distribuer plus de 35 millions de nis, ce qui correspond environ à 6 millions d’euros. L’association dispose d’un numéro de téléphone gratuit qui permet d’adresser les dons.

Un orphelin, une campagne

Parfois, la mort subite d’un père de famille laisse une veuve et des orphelins. Le Vaad Harabanim organise alors une campagne spéciale qui permet à la famille de retrouver sa dignité.

Kol Israël Arevim

Si un membre de Kol Israël Arevim décède, que D.ieu préserve, il ne laisse pas sa famille dans le besoin. Kol Israël Arevim est en mesure d’allouer à chaque orphelin une somme de 50 000 dollars. Comment ? Ce programme de souscription engage les participants à verser environ 3 dollars (ou 3 euros) à chaque orphelin, cette somme dépendant du nombre de souscriptions. Aujourd’hui, cet organisme compte 18500 membres et constitue la meilleure assurance vie. De plus, des bénévoles du Vaad Harabanim prennent en charge le suivi de la famille et s’occupe de ses différents besoins. Toute la vie est faite de haut et de bas : les orphelins peuvent se reposer sur le délégué qui entretient un lien personnel avec eux. Cela permet aux enfants de grandir dans les meilleures conditions.

Transparence

Les frais de fonctionnement sont limités au strict nécessaire. La tsedaka doit parvenir à son destinataire sans frais intermédiaires. Seuls les directeurs du Vaad Harabanim sont habilités à signer les chèques après vérification minutieuse de chaque cas. Les décisions concernant les questions fondamentales sont prises par les Grands de la génération : Rav Aharon Leib Steinman, Rav Chalom Yossef Eliachiv, Rav Chmouel Auerbach, Rav Azriel Auerbach et Rav Chmouel Wozner.

La force de la tsedeka

Des centaines de témoignages parviennent au Vaad Harabanim tout au long de l’année retraçant les véritables miracles permis par la tsedaka. Les Guedolé Hador prient pour tous les donateurs. Il donne au geste de chaque donateur une force capable d’ouvrir les portes du ciel.

conception et réalisation MCBH