0-800-106-135
La caisse de Tsedaka des Grands de la génération
En direct

Comme des rois

8/4/5779 08.04.2019

Durant Pessa’h, nous nous réjouissons de la liberté retrouvée, et avons la possibilité de permettre aux autres de partager cette joie. Afin que les personnes dans le besoin puissent vivre…

Durant Pessa’h, nous nous réjouissons de la liberté retrouvée, et avons la possibilité de permettre aux autres de partager cette joie. Afin que les personnes dans le besoin puissent vivre dans l’allégresse durant les sept jours de la fête, tels des rois,  aidons-les à s’affranchir des entraves de la misère. Interview de David, l’un des responsables de la collecte et de la distribution de Pessa’h 5779.

Vaad Harabanim : Bonjour et merci. Pouvez-vous expliquer quelles sont les actions de l’Association durant la période de Pessa’h ?

David : Nous proposons de nombreuses possibilités aux familles en difficulté. L’idée maîtresse est de veiller à ce que nos actions se fassent dans le respect parfait de la dignité des bénéficiaires. Par exemple, nous organisons des ventes de vêtements à prix de revient. Ces ventes permettent aux personnes en difficulté d’acheter des vêtements et des chaussures (tout est neuf) en toute quiétude. Elles se déroulent dans chaque ville et tout le monde peut s’y rendre. Il n’y a aucun dossier à remplir ni preuve à apporter. Cela permet à des familles entières de pouvoir offrir à leurs enfants de beaux vêtements. Grâce à cette initiative, des milliers de personnes abordent la fête dans la joie. Je ne pourrai jamais oublier ce petit garçon si fier d’essayer un nouveau costume et des chaussures flambant neuves. Il voulait même acheter un Borsalino !

Vaad Harabanim : Vous distribuez également des matsot ?

David : Parfaitement. Le prix des matsot est élevé et de nombreuses personnes ne peuvent pas se permettre de s’approvisionner jusqu’à la fin de la fête. C’est pourquoi nous organisons des ventes à bas prix et des distributions de matsot gratuites (pour les plus défavorisés). S’associer au Vaad pour Pessa’h, c’est offrir à toutes ces personnes, que ce soient des malades, des veuves, des personnes âgées ou des orphelins, une sortie de crise, et redonner courage à des gens qui souffrent au jour le jour.

Vaad Harabanim : En complément de la distribution de matsot, l’Association offre également des bons d’achat ?

David : Les bons d’achat sont destinés aux denrées alimentaires uniquement. Pour comprendre l’importance de cette aide, il est bon de se remémorer, par exemple, que pendant le seder, on consomme les quatre verres de vins (ou de jus de raisin). Pour les familles nombreuses, cela représente un véritable défi ! Imaginez une table de douze personnes : il s’agit de remplir 48 verres ! J’ai eu le mérite de lire la lettre de remerciement d’une mère de famille qui avait reçu des bons d’achat pour la fête. Je lui ai demandé la permission de la reproduire ici en respectant l’anonymat (voir l’encadré). C’est un témoignage très émouvant qui nous donne beaucoup de force pour continuer à nous battre en faveur des plus démunis.

Vaad Harabanim : En parallèle, vous octroyez également des aides financières particulières ?

David : Le Vaad, tout au long de l’année, se mobilise afin de permettre aux personnes en difficulté de payer leurs factures, mais aussi les soins dentaires et médicaux, les soutiens scolaires, les suivis psychologiques, les loyers ou encore les frais de mariage. Nous poursuivons ces actions durant Pessa’h.

Pour soutenir des milliers de familles dans le besoin avant la fête, cliquez ici.