Matanot Laevyonim en toute magnificence - Vaad harabanim

Matanot Laevyonim en toute magnificence

6/30/5776 10.03.2016

Lorsqu’on choisit une pierre précieuse, on ne laisse rien au hasard. Pour réaliser une mitsva aussi importante que Matanot Laevyonim, il faut agir avec le même discernement car une mitsva est un joyau inestimable. Pour ce faire, suivons les conseils de notre Maître Rav Elyachiv, qui laissa ses instructions pour nos dons aux nécessiteux, en toute magnificence.

Pourim approche avec ses préparatifs joyeux. Plusieurs mitsvot viennent rehausser la beauté de la fête et parmi elle, celle de Matanot Laevyonim. Grâce à la participation de milliers de Juifs de par le monde, le Vaad Harabanim peut soulager des familles dans le besoin et soutenir des personnes esseulées et en détresse. Il y a quelques années, le Gaon Rav Elyachiv, qui créa le Vaad Harabanim, écrivit une lettre pour expliquer que le don de Matanot Laevyonim faite par l’intermédiaire du Vaad Harabanim est l’accomplissement le plus parfait de cette mitsva : « C’est un hidour de transmettre ses dons au Vaad Harabanm qui les distribue le jour de Pourim à de vrais nécessiteux dans tout le pays. » Au Rav Eyachiv s’est adjoint son gendre le Gaon Rabbi Haïm Kanivesky, qui, après sa disparition, continue à distribuer les Matanot Laevyonim avec le plus grand hidour, comme il l’a déclaré : « Le Vaad Harabanim propose d’accomplir les Matanot Laevyonim dans la perfection. Ainsi était l’opinion de mon beau-père ».

En toute confiance

Les instructions fixées par Rav Elyachiv sont respectées à la lettre par les responsables du Vaad Harabanim afin d’offrir au public une mitsva parfaite, réalisées dans les meilleures conditions. Pour vos Matanot Laevyonim cette année, voici un programme en dix points :

1- Si on ne peut faire le don le jour même mais seulement avec un chèque daté après le jour de Pourim ou en carte bleue, c’est possible. Le Vaad Harabanim emprunte une somme très importante en espèces afin de la remettre aux nécessiteux le jour de Pourim.

2- Chaque personne donne deux dons à deux pauvres différents.

3- La somme minimale à adresser a été fixée par Rav Elyachiv à 50 chékels (environ 12 euros) à chaque pauvre, donc 100 chékels (environ 24 euros) mais on ne pourra pas donner moins de 10 chékels (2.5 euros) pour chaque pauvres, soit 20 chékels.

4- Toutes les sommes récoltées provenant de villes fêtant Pourim le 14 adar sont distribuées aux pauvres fêtant Pourim ce jour-là. Toutes les sommes des villes fêtant le 15 Adar sont distribuées le 15, sauf si l’on fait une demande explicite afin que l’argent soit distribué un jour en particulier.

5- Une femme a l’obligation d’accomplir cette mitsva. Son mari peut donner pour elle, en plus de ce qu’il donne.

6- Il est bon d’habituer les enfants à accomplir cette mitsva à partir de l’âge de l’éducation (six-sept ans).

7- D’après Rav Kanievsky, il est permis de faire un don en demandant une bénédiction. Cela n’amoindri en rien le mérite de notre geste.

8- Lorsqu’on donne les Matanot Laevyonim quelques minutes avant la fin de Pourim, les Rabbanim acquièrent ces dons au nom des nécessiteux et les transmettent plus tard.

9- La hala’ha stipule que l’on doit donner en priorité aux pauvres de sa ville. D’après le Rav Elyachiv, les indigents d’Erets ont le statut de ceux de notre ville. Il est donc recommandé d’adresser les Matanot Laevyonim au Vaad Harabanim, qui les distribue en Erets.

10- Et pour les donateurs zélés qui veulent anticiper et adresser leurs dons avant la fête, pas de soucis : tous les dons recueillis au Vaad Harabanim sont en dépôt à l’Association jusqu’au jour de Pourim durant lequel ils seront intégralement redistribués.

Pour transmettre vos Matanot Laevyonim, cliquez ici.