40 jours et autant de nuits - Vaad harabanim

40 jours et autant de nuits

12/23/5771 23.08.2011

Une année entière s’est écoulée. La prière nous a accompagnés tout au long de cette traversée. Ce phare qui éclaire notre route est précieux : apprenons à tenir la barre en nous aidant de la tefila, véritable guide dans la nuit. La rentrée 2011 est arrivée ! C’est le moment d’un nouveau départ. Armés de bonnes résolutions, nous sommes à même de commencer l’année en beauté. Que ce soit au bureau ou avec nos enfants, les perspectives qui s’offrent à nous sont nombreuses.

 

Pour vivre et pour aimer

 

Durant quarante jours, pour obtenir le pardon après la faute du veau d’or, Moché Rabbénou a pleuré. Il ne buvait plus, ne mangeait plus, ne dormait plus. Durant quarante jours. Durant quarante nuits. Son plaidoyer humble et sublime, cette prière intime et passionnée renversa les décrets divins. Le D.ieu de nos pères entendit. Le D.ieu de nos pères proclama Son pardon. Le peuple juif était sauvé. Cette bénédiction fut suivie d’une seconde : la prière de notre Maître resterait pour toujours une source d’inspiration, une voix éternelle reprise de génération en génération.

 

C’est vers Toi que j’appelle, mon D.ieu que j’aime malgré mes fautes !

 

Chacun d’entre nous sait que l’Éternel nous accorde Son pardon si nous nous rendons dignes de Sa confiance. Lorsque nous nous tournons vers Lui, le cœur plein de reconnaissance, lorsque nos lèvres prononcent des mots fervents, Il se penche vers le monde et écoute. Du premier Éloul au 10 Tichri, nous avons 40 jours pour nous changer, 40 jours pour tout changer. A l’approche de Roch Hachana, nous disposons d’une force unique, la prière associée à la tsedaka. Les familles indigentes profiteront de notre générosité, et notre main généreuse sera saisie dans les mondes supérieurs pour recevoir sa rétribution.

 

Nous sommes tous Ses enfants

 

Durant cette période spéciale, nous pouvons réunir nos forces afin que notre prière soit décuplée. Car la prière d’une assemblée a toujours davantage de poids que celle d’un particulier. Où que vous soyez, cette prière vous accompagnera. Comment, techniquement, a-t-on pu réaliser une telle gageure ? Des minyanim seront organisés en permanence, de jour comme de nuit, sur les lieux saints du judaïsme, au Kotel, sur la tombe de Ra’hel, sur celle de Rabbi Chimon Bar Yo’haï et celle de Rabbi Yonathan Ben Ouziel. Ces lieux, propices à la prière, seront les points cardinaux de notre géographie spirituelle. Votre tefila, associée à celle du peuple juif, sur les lieux les plus saints de notre histoire, sera le vaisseau céleste qui lèvera l’ancre sur la mer de tous les possibles.

 

Pour y prendre part, cliquez ici.Li4vLi4vdXBsL2ltZy9uZXdzXzJfOTIuanBn_300x300