Après la nuit, l’aurore

7/2/5772 25.02.2012

La reine Esther, investie d’une mission sacrée, celle d’intervenir auprès du roi pour obtenir l’annulation de l’extermination des Juifs, jeûne durant trois jours et adresse une prière vibrante au Créateur. C’est d’elle que va dépendre le salut de tout un peuple. Elle sera seule devant le roi, devant Hachem. Cette prière est aujourd’hui encore une segoula, comme nous l’enseigne le Kav Hayachar. Explications.

 

 

Pourim célèbre la victoire des Juifs sur leurs ennemis, et met l’accent sur le rôle de la reine Esther dans le processus de délivrance. Durant trois jours, Esther et tout le peuple juif firent techouva et jeûnèrent, afin d’implorer le pardon divin et d’obtenir le salut. Le danger qui planait sur le peuple juif était palpable, les Perses ayant déjà fait parvenir dans toutes les Provinces le décret du roi enjoignant au massacre. Que restait-il au peuple juif, si ce n’est un cœur pur et des yeux tournés vers le Ciel ? Peu d’espoir en réalité, devant la détermination d’Aman et de ses sbires. Mais Esther ne se découragea pas et avec toute la force de caractère dont elle disposait, avec tout le courage qui lui restait, avec toute la foi qui l’animait, elle réussit l’impossible : être reçue chez le roi et faire entendre sa requête.

 

 

Héroïque

 

 

Il fallait être héroïque pour se présenter chez le roi sans y avoir été invitée. Esther risquait d’être immédiatement éliminée, condamnant du même coup tous ses frères. Mais le miracle s’accomplit et Assuérus tend son sceptre d’or à la reine. Elle trouve grâce à ses yeux et peut présenter sa requête. En fait, le Kav Hayachar nous enseigne que le roi, c’est le roi du monde et le sceptre, c’est l’acceptation des prières. Hachem n’a pas oublié Ses enfants. Il accepte leur repentir sincère et va changer le cours de l’histoire. Les victimes qui devaient être sacrifiées sur l’autel de la haine, vont devenir de fiers défenseurs. Tout va être inversé, et permettre la victoire des Juifs sur leurs ennemis mortels. Aman est destitué puis pendu. Les Juifs retrouvent leur liberté et le droit de vivre. Il fallait pour ce faire un miracle, il fallait toutes les larmes d’une femme exceptionnelle, toutes les larmes d’un peuple et de ses enfants. Ces larmes ont été recueillies sur le trône de gloire pour former les gouttes de rosée de l’aurore : après la nuit de l’exil, c’est l’aube de la délivrance.

 

La segoula

 

 

Le grand Rav appelé « Kav Hayachar » enseigne qu’il existe une segoula puissante : ceux qui prennent le chemin d’Esther et qui prient de tout le cœur durant le jour de jeûne précédant Pourim (jeûne d’Esther) peuvent compter sur la mansuétude divine. Ils doivent réciter le psaume 22 intitulé « Al ayeleth hacha’har », psaume que l’on attribue à Esther. D.ieu n’a pas été indifférent il y a plus de deux mille ans, Il est toujours à l’écoute aujourd’hui. Il suffit de pleurer et de prier de toutes nos forces et de tout notre cœur. Le Vaad Harabanim, toujours soucieux d’aider le peuple juif, organise une prière spéciale la veille de Pourim au Kotel avec la participation exceptionnelle de notre maître Rav Chmouel Auerbach. Les délégués du Vaad seront, comme Esther, les émissaires qui imploreront le ciel, afin de nous sauver de tous nos ennemis et de nous apporter la gueoula. Ils demanderont que toutes les requêtes soient entendues, et prieront pour chacun de nos besoins, jusqu’à l’aurore…

 

Pour y prendre part, cliquez ici.