Comme une manne venue du ciel - Vaad harabanim

Comme une manne venue du ciel

9/9/5775 28.04.2015

Chaque année, nous lisons le passage sur la manne, segoula pour la parnassa attestée par de le Rabbi de Riminov. Ensemble, récitons la Parachath Ha-manne et vibrons en prodiguant à nos frères un moyen de subsistance.

 

Lorsqu’après la sortie d’Égypte, le peuple juif dut faire face à un désert aride, il fit appel à D.ieu pour sa subsistance. Effrayé par la faim et la soif, les enfants d’Israël demandèrent à Moïse d’intervenir afin de recevoir l’aide divine. Moïse pria et la manne tomba du ciel et constitua la nourriture du peuple durant quarante ans. Ce récit qui apparaît dans la section hebdomadaire de Bechala’h est appelé la « parachath Ha-manne ». Ce passage est considéré depuis des centaines d’années comme une segoula pour la parnassa. Or, le Rabbi Mena’hem Mendel de Riminov, un grand tsadik du 18e siècle, qui se souciait constamment de la subsistance de ses frères dans la misère, a dévoilé un secret : le jour particulier où il sera bon de réciter ce passage afin de recevoir la bénédiction de la parnassa sera le mardi qui précède la lecture de Bechala’h, cette année le mardi 27 janvier.

 

Des recommandations sans prix

 

Le Rabbi de Riminov recommande de lire deux fois le passage de la manne, suivi d’une lecture de sa traduction en araméen. Grâce à son immense sagesse et à sa proximité avec D.ieu, le Rabbi put affirmer que cette lecture assure des moyens de subsistance tout au long de l’année. Cette segoula devint populaire puisqu’elle est pratiquée de nos jours dans de très nombreuses communautés. Comme chaque année, le Vaad Harabanim offre au public une lecture de la Parachath ha-manne sur la tombe du tsadik, à Riminov. Relai entre le ciel et la terre, entre les personnes qui veulent donner et celles qui ont besoin de recevoir, le Vaad Harabanim sera présent sur place afin de prier pour tous ceux qui ont à cœur de participer à son œuvre de tsedaka. Les Guedolim soutiennent cette initiative et prieront avec les délégués du Vaad. Ils souhaitent de toutes leurs forces que le froid et l’obscurité de l’hiver se transforment pour les nécessiteux en printemps chaleureux et lumineux. Ils prieront pour tous les donateurs et donneront une nouvelle force à cette segoula. Ce jour-là, grâce à vous, deux mille familles seront semblables à nos ancêtres dans le désert et recevront comme eux une manne du ciel. Même si elles sont quotidiennement aux prises avec la misère, elles pourront ce jour-là avoir un répit et manger à leur faim, soutenues par les nuées de tsedaka envoyées du monde entier. Quant aux donateurs, ils recevront la bénédiction qui leur permettra de renouveler chaque jour de l’année leur parnassa, à l’instar de cette manne qui tombait quotidiennement.

Pour participer à cette lecture, cliquez ici.

 

Manne57753