0-800-106-135
La caisse de Tsedaka des Grands de la génération
En direct

Des mots, des larmes, des réponses

12/23/5777 15.08.2017

Durant notre vie, les épreuves sans issues sont nombreuses. La prière est alors notre seul recours. Dans les situations inextricables, nous avons accès à la plus belle des actions, au plus beau des remèdes. Il suffit de demander, en respectant les indications de nos Maîtres révélées spécialement pour nous.

E_ELUL_5777_01

141515.

L’année dernière, nos grands Maîtres nous ont révélé les mots clefs, les lieux et les moments propices à la prière de 40 jours entre Roch ‘hodech Eloul et le jour de Kippour. Leurs indications ont été entendues aux quatre coins du monde et ont aidé nombre de nos frères dans la tourmente à trouver leur chemin. Des témoignages poignants sont parvenus jusqu’à nous et nous vous en livrons des extraits, en cette veille de Roch Hachana.

.

Une sévère dépression

.

D.ieu nous mène dans les dédales de l’existence en nous mettant à l’épreuve. Ce fut le cas de Yossi et de sa famille. Atteint d’une grave dépression nerveuse diagnostiquée tardivement, Yossi traversa des périodes difficiles, ponctuées par des hospitalisations en service psychiatrique. E_ELUL_5777_03

Un jour, après une énième hospitalisation, Yossi revint à la maison. Il tenta d’aider Rivka, sa femme, mais n’y parvint pas. Il s’écroula dans sa chambre et en pleurant, dit à sa femme : « Cela fait un an que notre foyer est en train de sombrer à cause de moi, lui dit-il. Je suis conscient de la situation. A cause de ma maladie, je sais que rien ne va plus. » Rivka tenta de l’encourager mais Yossi était inconsolable. « Que doit-on faire dans ces cas-là ? » se demanda t-elle, dominée par un sentiment d’impuissance. C’était avant Roch Hachana. Elle avait entendu les recommandations de Rav Kanievsky pour la prière des 40 jours. Une lueur d’espoir brilla dans les ténèbres. « Nous allons suivre les directives de Rav Haïm ! s’exclama t-elle. Et nous verrons des délivrances ! » Rav Kanievsky a expliqué, au sujet de la prière des 40 jours d’affilée, qu’il existe un horaire et un lieu privilégiés : à ‘hatsoth haleïla, au milieu de la nuit, au Kotel. Ce moment est un « eth ratsone », instant choisi par Hachem pour accorder Son aide. Rav Haïm a ainsi conseillé : « Il est préférable de mentionner les noms et les requêtes après avoir prononcé le tikoune ‘hatsoth et des Tehilim car après l’accomplissement d’une mitsva, la prière est davantage acceptée ».

Trois mois plus tard, Rivka adressa une lettre de remerciement à l’Association. Depuis cette prière exceptionnelle, Yossi n’avait pas été hospitalisé. La route est longue, mais une lumière brille au bout du tunnel.

.

Amouka et l’âme sœur

.

De nombreuses personnes cherchent l’âme sœur. La segoula de Rav Dov Yaffé, qui nous a enseigné comment prier à Amouka sur la tombe de Rabbi Yonathan ben Ouziel, est toujours d’actualité. Notre Maître a souhaité dévoiler ses instructions par l’intermédiaire du Vaad Harabanim. Voici ses recommandations : se rendre sur la tombe de Yonathan Ben Ouziel à Amouka dans le Nord d’Israël afin de lire le Psaume Essa Enaï el hearim (121), « Je lève les yeux vers les montagnes, pour savoir d’où viendra mon salut ». Le Rav Dov Yaffé, célèbre dirigeant spirituel dont la crainte du Ciel n’a d’égal que son érudition, a demandé à ce que l’on prononce la prière consacrée au zivoug, écrite par le Chla Hakadoch dans son livre « Chaar Haotioth ». Les délégués présents sur place durant 40 jours mentionneront chaque nom avec celui de la mère afin d’obtenir la délivrance de chaque âme en quête de sa « moitié ». Durant 40 jours, ils seront présents à Amouka, pour suivre les indications du Rav et prier de tout leur cœur.

Grâce à cette segoula, de nombreux couples se sont formés.

.

Une mère juive

.

Que souhaite plus ardemment un couple que de donner naissance à un enfant ? Combien de souffrances, d’angoisses, de tourments pour ceux et celles qui doivent attendre ce cadeau du Ciel ? Au bureau du Vaad Harabanim, des lettres nous parviennent et contiennent toutes le même mot : « Merci ! ». Derrière cette marque de reconnaissance si simple, se cache des réalités complexes et intenses.E_ELUL_5777_02

Le mekoubal Rav Yaakov Hillel dévoile ses directives afin de faire vibrer les cieux et obtenir la miséricorde divine. Rav Hillel recommande de se rendre sur le caveau de Ra’hel à Bethleem et d’y prononcer les versets des Psaumes puis les noms des donateurs complets (avec le nom de la mère). Il faut mentionner le ‘hessed accompli par Ra’hel en faveur de sa sœur Léa à qui elle donna les signes. C’est ainsi que les délégués du Vaad Harabanim mentionneront la  demande de chacun avec kavana, suppliant devant le caveau de Ra’hel. De même qu’Hachem se souvient de la matriarche, Il se souvient de la tsedaka pour exaucer nos prières. Celle-ci possède une telle valeur aux yeux d’Hachem qu’elle peut nous ouvrir les portes de la délivrance. Durant 40 jours, les délégués du Vaad se rendront à Bethléem, pour se rapprocher de Ra’hel et lui adresser nos requêtes, sans jamais faiblir.

.

Pour les enfants, notre bien le plus précieux

.

Depuis Roch ‘hodech eloul jusqu’à Yom Kippour, les donateurs bénéficient d’une bénédiction spéciale pour les enfants de Rabbi Yaakov Edelstein. Le grand Sage a demandé aux délégués du Vaad de prononcer les dix psaumes dont le Chlah Hakadoch a révélé la puissance en ces moments solennels : les Tehilim 79, 80, 137, 25, 51, 90, 89, 98, 107, 96 dans cet ordre précis.

Ensuite, ils doivent réciter la prière écrite par le Chlah Hakadoch pour les enfants et mentionner leurs noms avec les requêtes particulières de chacun.

.

La réussite par le don

.

Et qu’en est-il de la parnassa ? Une histoire exemplaire nous est parvenue, racontée par son protagoniste, un commerçant du nom d’Avi.

Avi travaillait dur mais son commerce traversait des difficultés. Il devait impérativement développer son chiffre d’affaires et décida de faire entrer un associé : le Vaad Harabanim ! Il avait lu les recommandations de Rav Yaakov Méïr Che’hter, indiquant de prier sur le Kever de Rabbi Chimon Bar Yo’haï : « Les envoyés spéciaux du Vaad sur le kever de Rabbi Chimone prieront pour implorer le Ciel tous les jours pendant 40 jours sans interruption afin d’obtenir des délivrances pour les donateurs. Avant la prière, ils allumeront une bougie en l’honneur de Rabbi Chimone et pour le mérite de tous ceux qui demandent une délivrance, puis ils diront les Tehilim, les noms et les requêtes de chacun afin qu’Hachem se tourne vers eux. Afin qu’Il comble chacun selon ses besoins, qui pour les enfants, qui pour la réussite, qui pour la parnassa, qui pour la santé. »

Avi joignit le geste à la pensée et s’engagea à donner un chékel à la tsedaka à chaque fois qu’il vendrait un article. Trois mois plus tard, il envoya un chèque conséquent à l’Association avec son témoignage et ses remerciements, constatant que le don lui avait été favorable…

.

Cette année encore, nous prierons pour vous selon les directives des Rabbanim, en distribuant la si précieuse tsedaka que vous envoyez pour les nécessiteux, gage de fidélité envers la justice divine que vous incarnez au quotidien.

.

.

Pour vous inscrire aux 40 jours de prière continue, cliquez ici.