Et ils virent les voix… - Vaad harabanim

Et ils virent les voix…

9/22/5776 30.05.2016

Chavouot est la fête du don de la Thora. Après une nuit d’étude, nous nous rendons à la synagogue pour prier et écouter les dix commandements. Nous nous souvenons que nos ancêtres, dans le désert, furent guéris de tous leurs maux et s’élevèrent aux plus grands degrés de sainteté. Ce Chavouot, retrouvons l’élévation de nos pères avec les Guedolé Israël pour que nous puissions voir les voix de la guérison…

Des millions de femmes et d’hommes se tenaient devant le Mont Sinaï. Après la libération d’Egypte, le moment était enfin venu. La voix divine allait se dévoiler à tous. Nos pères devinrent alors des prophètes et « Ils virent les voix », ce qui signifie que tous leurs sens furent décuplés. Les malades guérirent miraculeusement, les infirmes furent sauvés de leurs handicaps, les aveugles retrouvèrent la vision. Après la nuit de veille et d’étude, au 21e siècle, nous nous sentons proches de cette expérience unique. Alors que l’aube pointe à l’horizon, nous marchons vers notre lieu de prière pour entendre la lecture de la Thora. Nous retrouvons l’intensité de ce jour de Sivan où nous purent accéder aux plus hautes sphères de kedoucha. Dans le désert, nous fûmes libérés du joug de nos oppresseurs, esclaves enfin affranchis après tant d’années de souffrances et d’humiliations. Et dans les rues de nos villes modernes, la même impulsion nous est donnée, nous avons la possibilité de nous libérer de nouveau de l’étau de nos problèmes physiques et moraux. Grâce à l’influence spécifique de ce jour, les portes de la délivrance sont grandes ouvertes.

L’aurore nouvelle

Lorsqu’on a posé la question à Rav Steinman de savoir quel était le meilleur moment pour prier pour la guérison des malades, il a répondu que c’était celui de la lecture de la Thora. En cet instant solennel, où les fidèles sont couverts de leurs châles de prière devant l’arche sainte, les portes s’ouvrent et le parchemin sacré est déroulé. Nous ne ressentons ni la fatigue ni la faim mais l’inspiration qui nous mène au sommet du Har Sinaï. Rav Steinman et Rav Kanievsky à Bné Brak, Rav Chmouel Auerbach à Jérusalem, sont avec nous, au milieu des éclairs et du tonnerre. Derrière eux se pressent tout le peuple juif, priant de tout son cœur pour un frère malade, une sœur souffrante, un enfant atteint d’une grave affection. Un Mi Cheberah spécial est alors prononcé devant nos grands Sages qui implorent pour nous la guérison de tous les malades. Devant les rouleaux de la Thora, ils vibrent pour tous ceux qui souffrent et nous sommes à leurs côtés, pleurant et suppliant pour nos proches, afin que la présence divine soigne les plaies et efface tous les maux. Pour que se lève l’aurore nouvelle qui fera de nous des hommes libres de toute maladie et de toute douleur.

Envoyez votre nom ou le noms de vos proches pour être mentionné dans cette prière spéciale lors de la lecture des 10 Commandements

Shavuot_5776_vaad_harabanim_04

Envoyez votre nom ou le noms de vos proches pour être mentionné dans cette prière spéciale lors de la lecture des 10 Commandements