Hiloula de Ra’hel Iménou : Le jour viendra… - Vaad harabanim

Hiloula de Ra’hel Iménou : Le jour viendra…

2/2/5772 30.10.2011

Une femme exceptionnelle face à son destin. À chaque étape de sa vie, elle s’illustre par sa grandeur d’âme et sa générosité de cœur. Pourtant, rien ne sera simple pour Ra’hel imenou, mère aimante pour tout le peuple juif.

 

 

Pour épargner des souffrances à sa sœur Léa, Ra’hel fut prête au sacrifice de sa vie, en lui donnant la possibilité d’épouser Yaakov. Tout au long de sa vie, elle incarnera le courage, la bonté et la miséricorde, envers tous les cœurs meurtris. C’est grâce à ces qualités rares qu’elle méritera de devenir pour chaque juif une maman attentive et aimante, dont le nom seul émeut et réconforte. Ra’hel. Ra’hel iménou. Dans les moments difficiles, chacun d’entre nous trouve les forces de continuer à lutter et de surmonter les épreuves grâce à l’exemple de cette immense personnalité, qui donna tout aux autres, jusqu’à son bonheur personnel. Douce et pleine de compassion, Ra’hel est aujourd’hui encore une source d’inspiration. Si des milliers d’hommes et de femmes vont prier chaque année sur sa tombe à Beth Le’hem, ce n’est pas un hasard.

 

Ses pleurs rejoignent l’océan

 

Yaakov expliqua, avant de mourir, qu’il avait reçu l’ordre d’Hachem d’enterrer sa bien-aimés à Beth Le’hem. Ainsi, ses descendants pourraient trouver un lieu de prière sur le chemin de l’exil. Ils seraient liés à leur mère à travers les épreuves et le temps.

Comme des gouttes de rosées qui forment un ruisseau puis une rivière puis un fleuve avant de se jeter dans l’océan, les larmes de Ra’hel Iménou, à travers les générations, ne cesse de couler pour notre délivrance. Ce torrent de larmes trouve sa source dans l’humanité parfaite de Ra’hel. Son attachement à ses enfants est total. Elle n’a pas de préférence. Elle aime tous ses descendants avec la même attention, affectueuse et généreuse. Ra’hel est la mère qui pense sans cesse à nous et qui pleure lorsqu’elle nous voit dans la détresse. Que nous soyons pauvres ou riches. Jeunes ou âgés. Vigoureux ou abattus. Sa sollicitude n’a pas de limite car son cœur contient toute la miséricorde du monde. Ses larmes sont des sacrifices offerts sur l’autel de notre exil. Nous qui souffrons dans l’obscurité, nous pouvons nous tourner vers elle. Elle sera toujours là. Hachem demanda à Ra’hel iménou de sécher ses larmes. Le jour de la délivrance viendrait. Mais lorsque le Rav ‘Haïm Schmoulevitz se rendit en pèlerinage sur son tombeau, il ne put s’empêcher d’adresser cette prière, comme un enfant suppliant sa mère : « Hachem T’as demandé de sécher tes larmes. Mais je Te supplie de continuer à pleurer afin que nous soyons sauvé de l’exil ».

Que nous puissions, cette année, voir la délivrance survenir.

 

Le Vaad Harabanim organise 40 jours de prières, à Beth Le’hem, qui débuteront le jour de la hiloula de Ra’hel Iménou, le mardi 8 novembre 2011. Pour y prendre part, cliquez ici.