Interveiw du Rav Reouven Elbaz : Rien n’égale la segoula du Vaad Harabanim - Vaad harabanim

Interveiw du Rav Reouven Elbaz : Rien n’égale la segoula du Vaad Harabanim

13/15/5770 25.08.2010

Le Rav Réouven Elbaz, Roch Yechiva des Institutions Or Ha’Haïm, a bien voulu répondre à nos questions et nous donner un aperçu de ses activités au sein de la grande « entreprise de ‘hessed » du Vaad Harabanim. Son action en faveur de la techouva est connue mais son œuvre en faveur de la tsedaka l’est moins. Le point sur l’engagement d’un homme qui a à cœur le bien avec un grand « B ».

 

VH : Kevod HaRav, bonjour et merci beaucoup de nous avoir reçu, malgré vos nombreuses occupations. Pourquoi avez-vous décidé de vous impliquer dans l’action du Vaad Harabanim ?

Rav Elbaz : Un midrach explique que D.ieu a créé la misère afin que les hommes puissent acquérir des mérites en la combattant. Un jour, un prince romain a demandé à Rabbi Akiva : « Si D.ieu aime les pauvres, pourquoi ne les nourrit-il pas ? » Le Grand Sage juif lui a répondu : « Afin de donner des mérites à Israël qui accomplit la mitsva de tsedaka ».

Il est vrai, malheureusement, que les besoins du peuple juif sont nombreux : des veuves, des orphelins, des avre’him, des nécessiteux ont besoin de leurs frères et attendent de l’aide. Il est de notre devoir de nous en soucier. Bien que la Yechiva et l’action en faveur de la techouva me prennent beaucoup de temps, j’ai tenu à m’adresser au Vaad Harabanim afin de participer à leur œuvre de ‘hessed. Ils m’ont alors sollicité afin de faire partie de la direction de l’Association. Les Rabbanim du Vaad, véritables « baalé ‘hessed » soucieux de tous, sont concernés par chaque cas. Tout est géré et décidé par ces Rabbanim. Depuis quelques années déjà, j’assiste aux réunions et je peux témoigner de la rigueur et de la droiture qui animent toute prise de décision : les Rabbanim s’interrogent sur chaque cas, et se consultent afin d’estimer les bourses à octroyer. Ils envoient des délégués afin de vérifier les véritables besoins des familles. Tout est géré scrupuleusement et avec minutie.

 

VH : Je comprends donc que malgré vos nombreuses activités à la Yechvia, vous assistez aux réunions du Vaad Harabanim ?

Rav Elbaz : C’est exact. Je tiens à me rendre aux réunions afin de participer activement aux réalisations de l’Association. Lorsque je suis indisponible, je demande un compte-rendu qui me permettra d’être au courant des dernières décisions. Quoi qu’il en soit, ces réunions sont toujours menées d’une main de maître. Les Rabbanim, sous la présidence de Rav Azriel Auerbach, se penchent sur chaque demande d’aide avec le plus grand dévouement. Ils demandent aux délégués présents les dossiers constitués par leurs soins afin de prendre les décisions les plus appropriées.

 

VH : Le Rav peut-il nous expliquer comment se déroulent ces réunions ?

Rav Elbaz : Les Rabbanim analysent des dizaines de dossiers de demandes par réunion. Après avoir vérifié chaque cas, par l’intermédiaire des délégués, ils décident du montant des bourses à octroyer. En amont, le délégué envoie une demande personnelle. Je suis toujours admiratif de ces actions : les Rabbanim considèrent chaque cas, avec, en ligne de mire, la question du pronostic vital des familles. Le père de famille est-il capable de remonter la pente ? Comment l’aider, comment lui apporter le meilleur soutien ? Cette admirable action me motive et me pousse à soutenir le mieux possible l’Association. Parfois, je demande aux Rabbanim présents : « Que faites-vous chaque jour ? » Ils me répondent que leur activité n’a de cesse ni le jour ni la nuit. Ils sont en permanence en contact avec des donateurs aux États-Unis, au Canada et en Europe. Bénis soient-ils, ceux qui poursuivent le bien avec tant d’abnégation.

 

VH : Kevod HaRav, nous souhaitons aborder avec vous un autre sujet : il est connu que les Grands de la génération soutiennent l’Association de façon inconditionnelle. Pouvez-nous nous expliquer pourquoi ?

Rav Elbaz : La raison est simple : c’est parce que les Rabbanim délégués se sentent concernés par le Vaad, même en dehors des réunions ! Lorsqu’ils constatent que certaines familles peuvent sombrer, ils organisent un suivi. Si un fonds a été créé, par exemple lors d’un décès, les orphelins pourront compter sur l’argent récolté. Ces derniers sont véritablement pris en charge par un délégué du Vaad Harabanim qui s’en occupe au jour le jour (voir notre article « Les reponses du Vaad Harabanim »). Cela demande un grand investissement de temps et d’attention. La veuve a souvent besoin du réconfort que seule une famille d’accueil peut lui procurer : il arrive que cette famille se rende chez les endeuillés et les soutiennent durant tout un chabbath, en apportant des repas préparés et des cadeaux pour les enfants. Cela entraîne des frais, assurés par l’Association.

 

VH : Le Rav est présent dans tout Israël pour diriger le mouvement de techouva. A-t-il pu apprécier l’action du Vaad Harabanim sur le terrain ?

Rav Elbaz : L’Association est présente aux quatre coins d’Israël. A Kiriath Chmoné, à Kirath Gat, à Ophakim, à ‘Hatsor, j’ai recueilli des témoignages de personnes aidées au quotidien. Je prie pour que ces soutiens puissent parvenir à tous les foyers, même si j’espère en même temps que le Vaad Harabanim ne reçoive plus de demande. Remercions Hachem d’avoir permis à cette Association d’exister et qu’elle puisse continuer à apporter la bra’ha dans tous les foyers.

 

VH : Merci beaucoup pour votre attention. Juste encore une question : Un public de plus en plus nombreux témoigne que ses dons lui ont apporté de véritables miracles. Y a-t-il une explication à cette énigme ?

Rav Elbaz : C’est très simple, le ‘Hafets ‘Haïm a écrit que l’on recherche parfois des segouloth compliquées alors que la segoula la plus efficace est sans conteste la tsedaka : pour un couple stérile, pour des personnes malades ou pour tous les autres cas difficiles. Or, aujourd’hui, le Vaad Harabanim est la caisse de tsedaka la plus importante. C’est la raison pour laquelle les Juifs qui soutiennent cette œuvre sont les témoins de tels miracles.

 

VH : Pour finir, le Rav pourrait-il bénir les donateurs français ?

Rav Elbaz : Je prie afin que D.ieu renforce tous les acteurs du Vaad Harabanim : je vous bénis du plus profond de mon cœur ; vous avez de grands mérites. Que D.ieu vous aide et que vous puissiez toujours donner et permettre à l’Association d’agir sans fléchir. Heureux soyez-vous, heureux soit votre part. Que D.ieu vous aide et vous gratifie d’une bonne année B’H et d’une bonne santé. Que ce soit pour nous tous une année de gueoula et de yechoua.Li4vLi4vdXBsL2ltZy9uZXdzXzJfNjguanBn_300x300