0-800-106-135
La caisse de Tsedaka des Grands de la génération
En direct

La souka extensible

1/10/5778 30.09.2017

À peine Yom Kippour terminé, nous commençons à construire la souka. Cette cabane représentant la protection divine nous abritera durant une semaine. Nous pouvons y recevoir des milliers d’invités, même…

Li4vLi4vdXBsL2ltZy9uZXdzXzFfMTkwLmpwZw==_300x300

À peine Yom Kippour terminé, nous commençons à construire la souka. Cette cabane représentant la protection divine nous abritera durant une semaine. Nous pouvons y recevoir des milliers d’invités, même si elle reste de taille modeste.

Les dix jours redoutables ont pris fin avec Yom Kippour. Les Juifs du monde entier sentent que le pardon a été obtenu et commencent l’année comme une page blanche. Cette dynamique extraordinaire nous permet de nous lancer dans la construction de la souka, qui remplacera notre appartement ou notre maison durant les sept jours de la fête de Soukot. Nous débutons les préparatifs dans l’euphorie. Les enfants ont confectionné guirlandes et décorations. Ils attendent avec impatience de pouvoir les accrocher aux murs. Tout doit être prêt à temps, en faisant de notre cabane la plus belle du quartier. Les femmes sortent la plus belle vaisselle et cuisinent les meilleurs plats. Tout est fin prêt, la fête va commencer.

La bénédiction dans nos murs

Si la majorité des gens ont de quoi préparer un magnifique Soukot, il y a d’autres familles, qui, malheureusement, n’ont pas la même chance. Dans les yeux du petit Raphaël, on peut lire la tristesse. Il sait que cette année, il n’y aura pas ni nouveaux vêtements ni de belles décorations, ni même suffisamment à manger durant la fête. Il ne redoute pas tant la faim que le regard de ses camarades à qui il n’ose faire visiter sa Souka, qui a l’air si misérable. Néanmoins, Raphaël et de nombreux autres enfants peuvent retrouver le sourire. La solidarité juive est une réponse à la souffrance et à la misère. Du temps de la Guemara, plusieurs personnes pouvaient se couvrir sous un seul talith. Pourquoi ? Parce qu’en pensant aux autres, on démultiplie les possibles et on élargit ce qui parait limité. C’est le cas avec la souka. Même si elle vous paraît exigüe, elle ne l’est pas. Vous pouvez même inviter des centaines de familles à votre table. Comment ? En consacrant une somme aux besoins des autres, en adressant un don au Vaad Harabanim pour Soukot, vous ferez entrer la bénédiction dans vos murs. Il suffit d’un simple geste qui ne demande pas un grand effort. Votre don, distribué pour la plus grande joie des personnes en difficulté, vous permettra de rendre votre souka extensible. ‘Hag samea’h à tous.

 

Alors, élargissons notre Souka, en cliquant ici.