Lag baomer : Entre la glace et la flamme - Vaad harabanim

Lag baomer : Entre la glace et la flamme

9/7/5772 29.04.2012

La période de l’omer est marquée par le deuil et la joie. Deuil suite à l’épidémie qui emporta les élèves de Rabbi Akiva et joie incommensurable du 33e jour qui marque le souvenir de Rabbi Chimone Bar Yo’haï et le dévoilement de la kabbala. Entre ces deux extrêmes, une constante : notre volonté de nous renforcer dans notre respect et notre amour du prochain. Le point sur une journée exceptionnelle à vivre avec les délégués du Vaad Harabanim.

 

La période qui fait suite à la fête de Pessa’h est marqué par le compte de l’omer, durant lequel, au temps du second Temple, une épidémie décima des milliers d’élèves de Rabbi Akiva. C’est donc une époque douloureuse, durant laquelle nous portons encore le deuil (les mariages sont interdits) et qui nous fait réfléchir sur les raisons d’un tel drame. Car nos Sages nous enseignent que c’est à cause du manque de considération entre les différents élèves du Maîtres que l’épidémie se déclara et fit tant de ravage. C’est pourquoi, de nos jours encore, nous tentons – durant cette période – d’améliorer nos relations avec autrui et mettons l’accent sur le respect dont nous devons faire preuve envers notre prochain. Le 33e jour de l’omer, l’épidémie cessa. Ce fut un immense soulagement pour tous et une joie sans limite. Ce jour restera marqué pour toujours à travers les générations et sera porteur d’autres réjouissances, liées à la transmission de Rabbi Chimone Bar Yo’haï qui dévoila la kabbale et enseigna le Zohar. Le jour de la hiloula du grand Rav, « lag baomer », est très particulier, car l’impact spirituel de Rabbi Chimone est encore présent. Ce jour-là, les portes du Ciel sont ouvertes et nous avons la possibilité de prier et d’être écoutés.

 

Le plus grand rassemblement d’Israël

 

Lorsqu’on se rend à Méron sur la tombe de Rabbi Chimone, et qu’on demande qu’il intercède en notre faveur, nous sommes sûrs que nos prières seront écoutées. C’est pour cela que des dizaines de milliers de Juifs du monde entier viennent se recueillir à Méron. C’est 500 000 personnes qui se rendent sur le site en moins de 24 heures. Et c’est le plus grand rassemblement en Israël de nos jours. Tous sont unis sans distinction : lituaniens et ‘hassidim, sépharades et ashkénazes, riches et nécessiteux, jeunes et moins jeunes. Durant cette nuit et cette journée, des sentiments opposés sont ressentis par tous : à l’intérieur du Kever, c’est l’intensité et la solennité de Yom Kippour. Et à l’extérieur, c’est la joie de Sim’hath Thora. Nous ressentons l’émerveillement du dévoilement de la kabale, la consolation de la fin de l’épidémie et un immense amour pour notre prochain.

Le Vaad Harabanim propose à tous ceux qui le souhaitent de prier pour lui tous les jours, depuis lag baomer (jeudi 10 mai 2012) et ce, jusqu’à la délivrance, sur la tombe de notre Maître. Des envoyés spéciaux prieront afin de mentionner chacun d’entre vous avec ses besoins personnels.

 

Alors n’hesitez pas et rejoignez nous, en cliquant ici.

 

Yehi ratson que D.ieu entende nos prières afin que la glace soit vaincue par la flamme.