Le ‘hessed sur mesure - Vaad harabanim

Le ‘hessed sur mesure

7/29/5774 31.03.2014

Costumes, vêtements pour les enfants, chaussures, matsoth, vins, produits de première nécessité, c’est ce que propose le Vaad Harabanim chaque année à l’approche des fêtes. À prix coûtant et accessible dans de nombreuses grandes villes, ces produits sont une véritable manne pour nombre de nos frères.

« Maman, maman ! Elles sont parfaites ! » Le petit Daniel essaie des chaussures trop petites pour lui mais ne semble pas le remarquer. Il replie ses doigts de pied à l’intérieur pour que sa maman ne le voie pas. Mais Hanna n’est pas dupe. En appuyant sur la chaussure, elle se rend bien compte que c’est beaucoup trop juste. Quelques minutes plus tard, elle trouve bien heureusement la taille qui lui convient. Elle est émue de constater que son fils est prêt à souffrir pour avoir de nouvelles chaussures. C’est tellement rare ! Mais cette année, la joie est à son comble car elle l’a emmené à une vente organisée par le Vaad Harabanim. C’est une véritable caverne d’Ali Baba. Elle a également trouvé des costumes pour ses fils et son mari, de très bonne qualité et à prix coûtant, cinq fois moins cher que le prix du marché !

 

 

Pour une fois, on ne compte pas !

 

 

Pour une somme modique, Hanna a pu habiller tous ses fils. Quelle joie de rentrer à la maison avec de nouveaux vêtements, spécialement destinés à la fête. Noam a un beau costume et de nouvelles chaussures, comme son frère. Durant la vente, son cœur battait la chamade… Pour une fois, sa mère n’a pas compté et lui a acheté de beaux vêtements neufs ! D’autant que le plaisir ne s’est pas arrêté là. Elle a pu également remplir son caddy de ménagère en achetant les produits de base, tellement coûteux en cette période de l’année : des matsoth, du vin, des dattes… Hanna était tellement contente d’imaginer sa table du séder dressée avec goût et dont elle n’aura pas honte ! En effet, grâce aux ventes organisées par le Vaad Harabanim, elle a pu assurer tous les achats de la fête. Bien qu’elle n’entre pas dans la catégorie des personnes nécessiteuses, son budget est toujours limite. Elle n’ira jamais demander la tsedaka mais a du mal à finir ses fins de mois. C’est à elle et à celles qui vivent les mêmes difficultés que s’adressent ces ventes de vêtements et d’aliments de base. Le Vaad Harabanim prend en compte leur sensibilité tout en leur permettant d’accéder à des achats fondamentaux. Les étalages sont bien achalandés et proposent des vêtements neufs. C’est une tsedaka détournée, qui permet à toutes ces familles de pouvoir enfin pénétrer dans un magasin, dans lequel, à la place de payer 1000 chékels, ils en paieront 100. Participez à ce ‘hessed sur mesure en cliquant ici avant la fête. Ils profiteront à un très large public en permettant d’acheter la marchandise et d’organiser les ventes, ce qui réjouira de nombreuses familles grâce à vous durant sept jours, et plus…