Les anges du Vaad Harabanim - Vaad harabanim

Les anges du Vaad Harabanim

13/16/5776 19.09.2016

Entre le ciel et la terre, des hommes de bonne volonté unissent leurs forces pour défier le destin. Des milliers de foyers sont sauvés, des malades, des veuves, des orphelins mais aussi des handicapés et des victimes d’attentats ou d’accidents sont soutenus par les anges du Vaad Harabanim, ceux qui allument une étincelle d’espoir dans la nuit de l’épreuve, en donnant. Ces anges gardiens, c’est vous.

Myriam souffrait depuis quelques années d’une grave inflammation du système digestif. Malgré les traitements, elle dut subir une intervention chirurgicale qui, malheureusement, ne se déroula pas comme prévu. Une complication eut lieu, laissant Myriam entre la vie et la mort. Pour son mari, Elie, et ses cinq enfants, ce fut un choc terrible. Elie dut gérer le foyer, son travail et ses visites à l’hôpital. Dans son quartier, les amis se mobilisèrent mais l’aide ne suffit pas. Un proche contacta le Vaad Harabanim. Et c’est là que commença la délivrance. Haïm, un délégué de l’Association, mit en place avec Elie un véritable « plan de sauvetage ». Car tous les détails de la vie quotidienne étaient à prendre en compte, afin de soulager Elie et lui permettre d’assumer ses différents rôles. Haïm s’assit avec lui pour trouver des solutions à long terme. Il fut décidé que les deux grandes filles iraient vivre chez la grand-mère. Pour les enfants en bas âge, le Vaad fit appel à des familles d’accueil. Il fallut trouver pour cela un financement et également prévoir un suivi psychologique. Un délégué contacta des spécialistes et mit en place des activités extrascolaires en parallèle au soutien scolaire. Haïm s’inquiéta également que des repas chauds puissent être livrés chez Elie. Des baby sitter venaient chercher les enfants dans les familles d’accueil afin qu’Elie puisse les voir régulièrement.
Après plusieurs mois, Myriam put rentrer chez elle et son foyer était tel qu’elle l’avait laissé avant l’opération. Quel réconfort pour elle et sa famille ! Grâce à l’aide mise en place, elle put retrouver une vie normale. Elle sut que les anges du Vaad Harabanim veillèrent sur ses enfants. Un véritable soulagement, grâce à vous.

Une maman emportée à la force de l’âgetishrei_5777_vaad_harabanim_05

Tova portait bien son nom. C’était une maman exemplaire, toujours présente pour ses enfants et son mari, prononçant des encouragements et des bonnes paroles alors que la maladie était en train de la ronger. Une longue maladie, douloureuse, qui l’emporta alors qu’elle n’avait que 33 ans. Six mois avant la bar-mitsva de son fils Méïr, Tova succomba. Après cette disparition si cruelle, la famille fut totalement désorientée. Le papa, malgré sa bonne volonté, fut vite débordé. Grâce à un voisin, le Vaad Harabanim entra en scène. L’Association agit immédiatement, en plaçant des personnes compétentes auprès des jeunes orphelins, pour leur offrir réconfort et écoute. Méir fut accompagné pour ses préparatifs de la bar-mitsva. Un Rav du Vaad choisit avec lui les tefiline et réserva la salle pour la fête. Il le prépara à la lecture de la Thora, discutant avec lui de longues heures afin de le consoler et de l’épauler. Le Vaad permit également, avec un fonds dédié, de régler les problèmes matériels immédiats et d’engager une aide ménagère. La joie emplit de nouveau les murs de la maison. La famille reprit son souffle, sachant que ses anges gardiens étaient là pour elle.

Une maman hospitalisée, un accident du travail ou le décès d’un proche sont des déflagrations qui peuvent faire des blessés. Il faut donc soutenir les familles afin que les dégâts collatéraux soient minimisés. Grâce aux dons adressés au Vaad Harabanim, les Juifs qui souffrent reçoivent le soutien fondamental qui leur permet de relever la tête.
Soutenir l’œuvre du Vaad Harabanim, c’est donner une seconde chance à des milliers de famille, c’est offrir un suivi quotidien grâce à des sommes collectées tout au long de l’année. S’associer au Vaad Harabanim, c’est créer des fonds spéciaux pour les plus déshérités en situation difficile. Tout au long de l’année, l’Association réunit les dons provenant du monde entier pour les transformer en paniers alimentaires, en bourses mensuelles et en fonds spéciaux.

Donner au Vaad Harabanim, c’est être l’ange gardien de son frère, entre terre et ciel.