Les bâtisseurs du Bien - Vaad harabanim

Les bâtisseurs du Bien

9/18/5774 18.05.2014

L’action du Vaad Harabanim en faveur des défavorisés ne consiste pas seulement dans l’octroi de bourses d’aide. Même si l’apport financier est primordial, les délégués se rendent disponibles un maximum afin d’être la présence amie et sécurisante dont tant de Juifs dans la détresse ont besoin. Un travail de bâtisseur, qui, pierre après pierre, édifie le Bien.

Les Rabbanim ne répondent pas seulement aux questions de hala’ha. Ils ne sont pas seulement responsables de la synagogue ou d’un tribunal rabbinique. Ils ont également, en permanence, le souci de leur prochain. Malgré leur emploi du temps surchargé, ils savent se consacrer aux autres, au prix de leur propre repos.

Tout le monde sait que les heures tardives de la nuit sont le meilleur moment pour parler à Rav Cohen, lui poser une question personnelle. C’est pourquoi c’est ce moment-là, quelques minutes avant minuit, que Yaakov a choisi pour rendre visite au Rav de sa communauté. Il s’est rendu devant son immeuble et l’a abordé devant la porte d’entrée.

« Puis-je vous parler, Rav ? »

« Oui, bien sûr, avec plaisir, c’est pour ça que je suis là… Viens, monte à la maison ! »

Yaakov échange des paroles de Thora avec le Rav devant le thé que lui a servi la Rabbanith. Après quelques minutes, le Rav l’interroge sur ce qui l’amène. Le jeune homme ne peut alors empêcher ses larmes de couler. Il se déleste du poids des dernières semaines qui pesait lourdement sur son cœur. Depuis des mois, sa femme est malade et personne ne le sait. Yaakov et Choulamith ont pris soin de le cacher à tout le monde. Pourtant, le Rav connaît bien Yaakov. Il l’a connu quand il était enfant. Très affecté par son récit, il lui pose des questions. Pourquoi ne pas en parler à tes parents ? Yaakov lui explique que ces derniers ne sont pas en mesure de l’aider. Ils sont âgés et il craint pour leur propre santé.

C’est alors que Yaakov explique plus précisément la situation. La maladie de sa femme est grave. Il existe un médicament susceptible de la guérir mais il est extrêmement onéreux, non remboursé par la sécurité sociale. Ce n’est pas avec son salaire d’enseignant qu’il pourra se le procurer !

« Ce médicament peut la sauver ! explique-t-il. Il faut le commander à l’étranger, commencer les soins et assurer un suivi médical… Je suis venu vous voir car nous ne savons pas vers qui nous tourner… ».

Yaakov aborde ensuite le sujet des enfants. Sa voix s’étrangle alors dans sa gorge. La maman n’est plus présente depuis des semaines. Le changement se fait cruellement ressentir et les enfants sont totalement déboussolés.

Après plusieurs mois, Yaakov s’est enfin décidé à tout raconter au Rav. Il a immédiatement senti que celui-ci prenait très à cœur son histoire et allait l’accompagner tout au long de la longue route qu’il devrait entreprendre.

« Reviens me voir demain ! »

Le Rav ne pose plus de questions. Ses yeux sont assombris par la tristesse. Il réfléchit quelques minutes. Après avoir évalué les difficultés, il s’exclame : « Nous allons t’aider, je vais m’adresser au Vaad Harabanim et nous allons organiser une structure d’entraide ! »

En raccompagnant Yaakov, il lui dit des mots d’encouragement et lui demande de revenir le lendemain.

Le soir même, il remplit une demande d’aide afin de l’envoyer à la première heure au Vaad Harabanim. Son épouse est également mise à contribution. Elle se renseigne afin de trouver des personnes susceptibles de garder les enfants, de s’occuper du linge, des repas. Le Rav peut se concentrer sur la mission d’urgence : trouver les fonds nécessaires à l’achat du médicament.

Le Vaad Harabanim, en partenariat avec le Rav de Yaakov va agir, vite. Avec à la base des délégués solidaires et discrets, l’équipe de « construction » va se mettre en place. Les chantiers sont nombreux. Les moyens mis en œuvre aussi. Tous les rôles sont distribués : de l’architecte au contremaître, de l’ingénieur à l’ouvrier, tous vont se mobiliser afin de bâtir l’édifice de solidarité qui permettra à Choulamith de retrouver la santé. Et à ses enfants de retrouver leur mère.

Rav Cohen, ainsi que les autres Rabbanim, sont les fers de lance de ce mouvement. Ils sont plusieurs centaines à travers le pays. Outre leur poste de chefs de communauté, ils sont au centre de toutes les activités d’entraide. Ils élaborent des plans de sauvetage adaptés à chacun. Et ce sont eux qui se soucient des problèmes techniques. Ils abordent toutes les situations difficiles avec disponibilité et sont les piliers solides sur lesquels on peut toujours compter.

Pour nous, une histoire comme celle de Yaakov et de Choulamith est une nouvelle attristante. Pas plus. Mais pour eux, chacun de ces « faits divers » est un dossier à traiter. La sollicitation est permanente mais la porte jamais fermée. L’écoute et l’accueil sont toujours de mise.

 

 

En toutes circonstances

 

 

Que les événements soient dramatiques ou simplement problématiques, l’équipe de bâtisseurs est toujours sur la brèche. Que ce soit lors d’un accident ou pour un cas plus grave, ils sont opérationnels. Quand par exemple un appartement a brûlé, ce sont eux qui se soucient de trouver un nouveau toit aux victimes, de traiter avec les assurances, de remédier à tous les manques. Et si une famille doit affronter le décès d’un proche, ce sont encore eux qui sont présents, entourant la famille pour leur redonner courage et organiser les obsèques et les chiva. Ils sont également là pour fêter des événements joyeux, comme une ‘houpa ou une bar mitsva. Ils incarnent le ‘hessed de am Israël.

Les délégués du Vaad et les Rabbanim sont les bâtisseurs du Bien qui donnent leur temps et leurs forces pour aider, conseiller, trouver des solutions… Ils sont ceux sur qui nous comptons inconsciemment pour réaliser cette entraide magnifique qui est l’apanage de notre peuple. Et le sceau de sa pérennité.

 

Pour prendre part à cett activité, cliquez ici.

 

 

Li4vLi4vdXBsL2ltZy9uZXdzXzJfMTgxLmpwZw==_300x300