Lettre du Rabbi Chimchon d’Ostropoli, Le temps de notre délivrance

8/4/5780 29.03.2020

C’est en chantant le chéma Israël que le Saint Rabbi Chimchon d’Ostropoli rendit son âme au Créateur. Avec ces mêmes lèvres pures, il a prononcé une promesse et révélé un secret intemporel qui nous préserve des dangers. La veille de Pessa’h, les mots de Rabbi Chimchon retentiront dans la maison de Rav Haïm, pour la rencontre, au-delà du temps, de deux géants de la Thora.

Le pogrom qui décima la population juive de Polonnoye en Ukraine fut terrible et emporta l’un de nos grands tsadikim, le Rabbi Chimchon d’Ostropoli. Ce brillant talmudiste avait étudié les textes de la Kabbale et été investi d’une tâche immense : léguer au peuple juif l’espoir de jours meilleurs. C’est ce qu’il fit en nous laissant en héritage une lettre remplie de secrets.

Les révélations kabbalistiques de Rabbi Chimchon

Que contient donc cette lettre pour figurer dans les Hagadot de Pessa’h et être lue par tous les Juifs du monde la veille du Seder ?

Il n’est pas donné au commun des mortels de comprendre les explications ésotériques liées aux plaies d’Egypte et données par le tsadik d’Ostropoli. Car c’est par un ange du ciel qu’elles lui firent révélées, et c’est grâce à cette inspiration qu’il pu livrer aux générations ces secrets dont la portée spirituelle est sans limite.

La promesse de vie

« Celui qui lira cette lettre le soir de Pessa’h sera protégé toute l’année, sauvé de toute embûche, de mort subite et d’agression. Il sera libéré de ses ennemis et verra la réussite de tous ses projets. »

C’est ainsi que se termine la lettre rédigée par Rabbi Chimchon d’Ostropoli, cet immense érudit qui expliqua les secrets du Ari zal

« Celui qui lira cette lettre le soir de Pessa’h sera protégé toute l’année »

Le Rabbi d’Ostropoli l’a promis : en lisant attentivement sa lettre la veille du Seder, nous seront sauvés durant les 365 jours de l’année.

La promesse d’éviter les « embûches »

Nous n’avons pas toujours conscience des pièges auxquels nous échappons. Que ce soit des mauvaises rencontres (qui menacent malheureusement souvent nos enfants) ou d’un redressement fiscal, que ce soit un licenciement ou un manque de chance dans les affaires, les « embûches » sont nombreuses sur notre route. Pour y échapper, il faut bénéficier d’un mérite particulier. C’est ce que nous apporte la lecture de la lettre de Rabbi Chimchon.

La promesse d’être sauvé d’une mort subite

Il peut s’agir d’un microbe mortel ou d’un virus qui n’a pas encore de vaccin. Cela peut être un accident de la route ou un incendie. Il peut s’agir d’une chute ou d’un attentat. Malheureusement, des cas dramatiques viennent nous rappeler que nous avons besoin, ainsi que nos proches, d’une protection particulière.

La promesse de la réussite de nos projets

Devant les grands challenges de l’existence, nous nous sentons parfois très petits. Qui peut garantir que nous réussiront l’éducation de nos enfants ? Que notre descendance restera juive ? Que nous pourront jouir de la présence de nos petits-enfants ? Et pour ceux qui n’ont pas encore fondé de famille, qui peut garantir un bon chidou’h ? Une vie de couple heureuse ? Remportons ces défis grâce à la protection de Rabbi Chimchon.

La rencontre de deux géants

Alors que dans tous les foyers les derniers préparatifs mobilisent les énergies et les efforts de chacun, un appartement est particulièrement calme. Il s’agit de celui du Gadol Hador Rav Haïm Kanievsky, qui a demandé à être seul afin qu’il puisse se consacrer totalement à la lecture de la lettre de Rabbi Chimchon. Le Gadol pense aux enfants d’Israël et au fardeau porté par tant de Juifs qui souffrent. Il n’a qu’un objectif : les soulager. Pour l’accompagner dans cette vaste tâche, le Rabbi Chimchon est présent. Par la force de son texte, il semble murmurer aux côtés du Tsadik.

Pour envoyer votre nom et le nom de vos proches —>