Prière des Cohanim devant le Saint des Saints : L’idéal retrouvé - Vaad harabanim

Prière des Cohanim devant le Saint des Saints : L’idéal retrouvé

3/16/5771 23.11.2010

Chaque année, des Cohanim prient devant le Mur du Temple détruit. Ils prient pour toutes les âmes souffrantes, pour tous les désespérés, pour tous ceux qui attendent une réponse du Ciel. Ils sont droits et confiants car depuis des milliers d’années, ils perpétuent une tradition qui leur est chère : révolutionner les sphères célestes pour retrouver l’idéal de la Thora.

 

L’année juive est composée de moments cruciaux durant laquelle certaines influences spirituelles s’expriment. Roch Hachana est le sacre de la techouva, Pessa’h celui de la libération. Durant l’hiver, ‘Hanouka couronne la lutte contre les ténèbres. La fête des lumières célèbre la victoire des ‘Hachmonaïm sur les Grecs. Ces derniers voulurent imposer leur culture et asservir les Juifs au paganisme. Mais les Juifs résistèrent et luttèrent, retrouvant, après une longue guerre, périlleuse et meurtrière, leur statut de peuple élu, qui jamais ne se résigne. L’enjeu était de taille : la multitude des armées grecques combattaient une armée juive composée de Cohanim aimés d’Hachem, vénérables tsadikim au faible potentiel militaire. Ils n’avaient pas beaucoup d’armes exceptée celle de la prière. Leurs boucliers étaient invisibles mais fort résistants : c’était la parole divine et la conscience d’une mission unique dans l’histoire. Il fallait résister, ils résistèrent. Il fallait combattre, ils combattirent. Il fallait y croire et ils y crurent.

 

Une foi indéfectible

 

La foi d’une poignée d’hommes en la victoire contre l’armée la plus puissante du temps n’est pas l’un des moindres miracles de cette incroyable épopée. Les Cohanim n’avaient aucune chance de gagner. Et pourtant, ils mirent en déroute des myriades de troupes ennemies. Après avoir été décimés dans des grottes où ils se réfugiaient pour ne pas transgresser le chabbath, ils décidèrent de s’insurger. Parce qu’abandonner leur idéal symbolisait à leurs yeux la mort certaine et éternelle. Or, ils savaient que le peuple juif a une mission cosmique qu’aucun adorateur d’idoles ne pourrait jamais entraver. Ils avaient la flamme et comptaient bien embraser leurs frères apeurés. Ils avaient la flamme et ils la propagèrent, rallumant partout les foyers de la Thora, consumant par leur foi indéfectible tous les doutes et toutes les dérélictions. La tactique paya. Ce n’était pas de l’art militaire, c’était de la foi pure et parfaite.

Jusqu’à aujourd’hui, leur confiance leur permet d’atteindre les hautes sphères et de faire jaillir la lumière là où règne l’obscurité. Il suffit de s’en remettre à eux.

 

Changer le destin

 

Cette force révolutionnaire a le pouvoir de changer le destin. C’est pourquoi, le 8e jour de ‘Hanouka, dans les tunnels du Kotel, dans l’endroit le plus proche du Kodech haKodachim, des Cohanim de renom, Raché yechiva, Dayanim, et Rabbanim se rendront pour prier. L’un d’entre eux, le Rav David Cohen, Roch Yechiva de ‘Hevron, a témoigné, après avoir participé l’année dernière à ce minyan d’exception : « Un jour, un homme est venu me voir afin que je prie pour lui : il n’avait pas encore d’enfant. Je lui ai expliqué que je devais prier quelques jours plus tard pour le VH et que j’introduirais son nom dans la liste. Un an plus tard, il m’a appelé la veille de ‘Hanouka pour « publier » le miracle. Il avait eu un fils. »

 

Le 2 Tevet 5771 (9 décembre 2010), un minyan de Cohanim se rassemblera dans les grottes du Kotel afin de prier pour tous les donateurs du Vaad Harabanim. Associez-vous à leur prière et à leur foi indéfectible. Pour y prendre part, cliquez ici.