Prière du Chla Hakadoch : Nos enfants, notre avenir - Vaad harabanim

Prière du Chla Hakadoch : Nos enfants, notre avenir

9/22/5772 14.05.2012

Notre priorité absolue, pour laquelle nous sommes prêts à tous les sacrifices, réside dans nos enfants. Ils sont notre présent et notre avenir, notre descendance porteuse de tous les possibles. Ils portent en eux une partie de nous-mêmes et de notre éternité. C’est pourquoi nos prières importent tant et qu’elles doivent être jointes à celle des plus grands. Erev Roch ‘hodech Sivan, ils seront là pour vous et les vôtres.

 

Dans certains domaines de la vie, la plupart d’entre nous fait des concessions et se contente de ce dont il a vraiment besoin. Sur le plan matériel, on est prêt à renoncer à avoir le meilleur, que ce soit pour notre alimentation quotidienne, pour notre voiture ou encore pour notre maison. Mais il y a un domaine pour lequel ces concessions sont inenvisageables. Il s’agit de l’éducation. Pour nos enfants, nous voulons le meilleur, en toutes circonstances. Quand nous sortons de la maternité, nous souhaitons acheter la meilleure poussette pour notre enfant. Nous voulons que notre cher amour soit nourri du meilleur lait et dispose des jouets les plus éducatifs. Lorsqu’il grandit, il doit être habillé avec de beaux vêtements, être scolarisé dans l’école la plus réputée, être guidé par les maîtres les plus spirituels. Notre investissement ne connaît pas de limite pour lui permettre de s’épanouir sur le plan personnel, social et moral. Nous sommes prêts à tout car les enfants, c’est l’avenir, le nôtre et celui du peuple juif.

Et comme tout le monde le sait, les soucis causés par les enfants grandissent avec eux. « Petits enfants, petits soucis, grands enfants, grands soucis » explique le dicton. Dans notre monde où les écueils sont nombreux et dangereux, où personne n’est mis à l’abri d’une grave chute ou d’une blessure profonde, seule l’aide divine peut prévenir les menaces et protéger nos enfants. Seule la siyata dichmaya peut nous épauler efficacement et être le bouclier salutaire capable de les défendre dans les situations périlleuses. Grâce à cette aide divine, nous pouvons véritablement leur donner ce dont ils ont besoin et les prémunir ainsi des pièges de la vie. La prière est là pour nous soutenir : qui ne prie pas quotidiennement pour son enfant et ce depuis le commencement même de sa vie ? Déjà durant la période de gestation, il est l’objet de toutes nos prières afin qu’il puisse se développer normalement. À sa naissance, nous implorons pour qu’il soit en bonne santé, qu’il puisse prendre du poids et grandir dans les meilleures conditions. Et durant toute notre vie, qu’il soit en train d’apprendre à lire, de passer sous le dais nuptial où déjà père ou mère de famille, il est l’objet de toute nos préoccupations et tient la première place dans nos teflilot.

La tsedaka vient toujours renforcer nos prières : nos Sages expliquent dans de nombreux textes sa puissance surnaturelle.

C’est donc un commandement divin d’une très grande portée, en particulier lorsqu’il est mis en œuvre par le Vaad Harabanim, où toutes les conditions sont réunies pour l’accomplir de la meilleure façon possible. La droiture, la volonté d’aider efficacement et la sincérité des bénévoles permettent, comme des milliers de personnes en témoignent chaque année, d’ouvrir en grand les portes du Ciel.

Pour allier ces deux forces, un secret nous a été dévoilé par le Chla Hakadoch, Rav Yechaya Horowitz, qui a rédigé une prière spéciale, dont la portée est connue de tous et que l’on doit réciter Erev roch ‘hodech Sivan :

« Père miséricordieux, donne à nous tous des vies longues et chargées de bénédictions. Qui est comme Toi, Père miséricordieux qui Te souviens de Tes créatures, pour les faire vivre dans Ta miséricorde ?

Ainsi donc, je suis venu demander et supplier devant Toi que ma descendance et la descendance de ma descendance, à tout jamais, soit une descendance juste.

Et qu’il ne se trouve pas en moi ni en ma descendance ni en la descendance de ma descendance, à tout jamais, aucune part répréhensible. Uniquement paix et vérité et ce qui est bon et droit aux yeux de D.ieu et aux yeux des hommes.

Et qu’ils soient de ceux qui possèdent la Thora, des maîtres en Thora, des maîtres en Michna, des maîtres en Talmud, des maîtres en mitsvot, des maîtres dans le souci réel d’autrui. »

Ces mots qui possèdent une force et une profondeur insondables, ont été écrits par le Chla hakadoch au 17e siècle. Le grand Maître nous conseille de les réciter la veille du mois où a été donnée la Thora, car c’est le mois où nous avons été désignés comme « enfants d’Hachem ».

Depuis quatre ans, le Vaad Harabanim organise ce jour-là une prière exceptionnelle. Chacun devra réciter cette prière pour ses enfants, pour leur réussite et leur développement personnel. Mais il est évident qu’en s’associant au Vaad Harabanim, en se joignant aux Guedolé hador, qui depuis des années se rendent à Tibériade sur la tombe du Chla Hakadoch, et unissent leur prière avec celles de tout le peuple, vous donnerez à vos teflilot la force nécessaire pour atteindre vos objectifs.

Ne ratez pas ce moment unique où vos mérites pourront s’élever par degrés jusqu’au trône céleste et où vous aurez la possibilité de donner le meilleur à votre enfant, inscrivez vous en cliquant ici.