Prière du Chlah Hakadoch : Le bouclier céleste - Vaad harabanim

Prière du Chlah Hakadoch : Le bouclier céleste

9/18/5774 18.05.2014

Erev Roch Hodech Sivan est le meilleur moment pour réciter la prière du Chlah Hakadoch. Ce grand de la Thora a écrit cette tefila spéciale pour la bonne santé et la réussite des enfants et elle est récitée dans toutes les communautés du monde erev Roch ‘hodech. Rédigée par un immense tsadik qui repose aujourd’hui à Tibériade, ses mots sont un puissant bouclier contre tous les accidents de la vie.

Le Rav Yechaya Horowitz, dirigeant de sa génération au 17e siècle, n’a pas seulement laissé en héritage un livre fondamental de pensée juive, le « Chné Lou’hoth Habrith », dont les initiales forment l’acronyme de son surnom le « Chlah ». Il a également composé une prière, accessible à tout le monde, et qui revêt une importance capitale pour chacun d’entre nous. Cette prière concerne les enfants et représente un trésor incommensurable. Si le Chlah a été désigné par le nom de « kadoch », c’est parce que les hommes reconnurent sa grandeur spirituelle, son attachement aux mitsvoth et à Hachem. Ce tsadik ne vivait que pour dévoiler la grandeur divine et fut un exemple de dévouement et d’humilité tous les jours de sa vie. C’est sans doute ce qui lui valut le mérite d’être enterré à quelques mètres d’un autre immense Sage, Maïmonide.

 

 

Des mots qui protègent et qui sauvent

 

 

Parce que les Rabbanim sont proches du public et qu’ils recherchent toujours des moyens de lui procurer le bien et la prospérité, ils se réuniront cette année encore à Tibériade sur la tombe du Chlah Hakadoch. Ils souhaitent en effet prier ensemble afin d’exprimer à tous leur amour indéfectible, eux qui considèrent tout juif comme leur propre enfant. Durant une tefila unique qui réunira les plus grands décisionnaires et Rabbanim de notre temps, les mots de la prière formeront un véritable bouclier céleste capable de protéger les enfants juifs des dangers physiques et spirituels. Grâce à une organisation bien huilée, un planning minuté et des dizaines de bénévoles sur place, cette veille de Roch ‘hodech Sivan sera un moment exceptionnel de kedoucha. Malgré les difficultés matérielles et les emplois du temps souvent incompatibles, les Guedolim seront présents auprès du Vaad Harabanim pour donner toute leur force de conviction et de foi durant cette précieuse prière. La distance qui les sépare de Tibériade ne les a pas découragés et ils seront là avec l’assemblée venue se joindre à ce mémorable minyane.

 

 

 Hachem, sauve mon fils ! 

 

 

Le sentiment naturel qui anime tous les parents est de vouloir offrir le meilleur à ses enfants. La meilleure éducation, la meilleure nourriture, mais aussi le plus grand confort et la sécurité la plus totale… Quelle mère ne sursaute pas lorsqu’elle voit le numéro de téléphone de l’école s’afficher sur son portable ? Chaque heure de la journée est rythmée par ces préoccupations. Notre enfant a-t-il de bonnes fréquentations, est-il heureux, épanoui ? Devant le Kotel ou à la synagogue, chez soi ou après une réunion de travail, la prière est toujours accompagnée de requêtes concernant nos enfants. « Hachem, sauve mon fils ! » s’exclamera la maman d’un enfant malade en essuyant ses larmes. Une autre suppliera pour que sa fille puisse se marier avec son zivoug alors qu’une troisième demandera que la sienne puisse passer ses examens avec succès. Or, le Chlah nous dévoile un secret : une tefila spéciale, qui permet de faciliter l’accès de la prière jusqu’au trône céleste. Prier avec ses propres mots est très important. Mais lorsqu’on lit la tefila du Chlah et que l’on réalise ce que l’on dit, on prend la mesure de la dimension cosmique de notre rôle de parent.

 

 

Vers les hautes sphères

 

 

La prière de min’ha doit bientôt commencer. Les abords de la tombe du Chlah ont été sécurisés et une foule se presse afin de se joindre à la tribune des Rabbanim. Malgré la chaleur et le trajet, parfois long du plusieurs heures, les Rabbanim arrivent à l’heure et se recueillent quelques minutes. Ils se concentrent alors intensément avant de lire les premiers psaumes qui seront suivis de la amida puis de la prière du Chlah. La ferveur des Grands de la Thora est communicative et tous ceux qui se sont joints à eux témoignent du même envol vers les hautes sphères. Les voix des Maîtres forment un appel poignant auquel nul ne peut être indifférent. Les mots du Chlah, prononcés par de si illustres Sages, acquièrent toute leur puissance et déchirent le ciel. Tout en pleurant, ils pensent à chacun d’entre nous, comme des pères aimants. Ils pleurent pour leurs enfants qui souffrent, pour les abandonnés et ceux qui n’ont plus d’espoir. Ils pleurent pour leurs enfants sans ressources et pour ceux qui attendent une réponse.

Nous vous invitons à nous rejoindre, jeudi 29 mai, veille de Roch ‘hodech Sivan à Tibériade. Si vous ne le pouvez pas, associez-vous à cette prière salvatrice en cliquant ici, et communiquez vos noms et vos requêtes. Vous formerez, avec les Rabbanim, un bouclier pour vos enfants…

 

 

Li4vLi4vdXBsL2ltZy9uZXdzXzJfMTgyLmpwZw==_300x300