Quand technologie rime avec tradition - Vaad harabanim

Quand technologie rime avec tradition

11/22/5769 14.07.2009

Votre tefila au Kotel même si vous n’y êtes pas

 

Un public grandissant souhaitait que l’on prie pour lui, au Kotel, dans l’heure suivant son appel. Depuis le mois de juillet, le Vaad Harabanim a rendu le rêve réalité. Grâce à la technologie et à la bonne volonté des Rabbanim de cette Association, cette première internationale a vu le jour.

 

Un délégué du Vaad Harabanim se trouve quotidiennement au Kotel et reçoit les requêtes du public 24 h sur 24. C’est le service très particulier que rend au public l’Association pour l’aide aux indigents en Erets Israël. Des milliers de personnes s’adressent tous les mois au Vaad Harabanim afin que ce dernier puisse prier pour elles. Une demande croissante de prières urgentes a poussé les responsables de l’Association à mettre la technologie au service du bien. En effet, les Juifs dans la détresse ont souvent besoin d’une tefila immédiate au Kotel.

Un homme marie son fils à Paris et voudrait de tout son cœur qu’une prière soit faite, au moment de la ‘houpa, devant le Mur des lamentations ?

Une jeune femme va donner naissance à son premier enfant à Beer Sheva et son mari désire que l’accouchement se passe bien : il aimerait tant que quelqu’un se rende au Kotel pour prier… Mais qui ?

Un homme d’affaire de New York doit signer un contrat très important. Ses enfants vivent à Jérusalem mais ne peuvent se rendre au Kotel à l’heure de la signature. Comment faire ?

Une jeune femme vient d’avoir un accident de voiture à Tel Aviv. Elle attend les résultats de ses examens à l’hôpital. Elle souhaiterait tant que l’on puisse prier pour elle à Jérusalem !

 

Sans le Vaad Harabanim, tous ces cas seraient restés sans solution. Mais aujourd’hui, ces personnes peuvent réaliser leur rêve. Depuis début juillet, tous les intéressés peuvent adresser leurs requêtes et leurs noms et les Talmidé ‘Ha’hamim dépêchés en vieille ville. Ceux-ci se relaient devant le Mur des lamentations pour prier immédiatement et sans interruption. C’est grâce à l’intervention de l’informatique que cette initiative a pu être réalisée : un serveur enregistre toutes les demandes et les répercute dans les deux heures au délégué sur le terrain.

 

Allier la force de la tefila à celle de la tsedaka

« Au Vaad Harabanim, nous mettons l’accent sur l’humain, explique Chalom, l’un des délégués de l’Association. Les souhaits du public passent avant tout. Les demandes ont été tellement nombreuses que nous avons été amenés à mettre en place ce nouveau système. Il est vrai qu’en Israël, le public a constaté une efficacité remarquable des prières effectuées au Kotel. »

 

La tradition et les commentateurs enseignent que la Che’hina, la Présence divine, n’a jamais quitté ce lieu saint, imprégné d’une kedoucha éternelle. Tous les Juifs du monde souhaitaient s’y retrouver pour prier et, dans ce lieu chargé d’histoire, se relier à une chaîne qui remonte à des milliers d’années.

 

Institution fondée en 1992 sous l’impulsion du Rav Yossef Chalom Eliachiv et aujourd’hui dirigée par le Rav Azriel Auerbach, le Vaad Harabanim a créé un véritable mouvement social en Israël. Depuis plusieurs années, les demandes affluent et le comité de Rabbanim a dû innover pour répondre à toutes les requêtes. Des témoignages d’hommes et de femmes ayant été exaucés grâce à la prière des Rabbanim parviennent par centaines aux bureaux de l’Association. C’est grâce à la force de la tsedaka, associée à la tefila, que de nombreux miracles se sont produits.

 

Alors, en cas de joie ou de détresse n’hésitez pas et téléphonez au 0 800 106 135 et votre nom sera retransmis immédiatement à l’envoyé spécial se trouvant au kotel.