Rabbi Chimchon d’Ostropoli ; Une lettre qui change tout - Vaad harabanim

Rabbi Chimchon d’Ostropoli ; Une lettre qui change tout

8/2/5778 18.03.2018

La lettre léguée par le Saint Rabbi Chimchon d’Ostropoli est la clef de la délivrance quelques heures avant Pessa’h. En unissant nos voix à celle de Rav Haïm Kanievsky, nous brisons les chaînes du destin et défions l’impossible. Pour clamer notre liberté et notre foi. Pour être sauvés.

La fureur et le sang étaient leur pain quotidien. Les ennemis d’Israël ravageaient les villages juifs et semaient la désolation et la mort. C’était il y a trois cents ans. En Europe de l’Est. Les pogroms décimaient les hommes, les femmes et les enfants. Les érudits et les villageois. Les jeunes et les moins jeunes. Parmi eux, un Sage d’une stature spirituelle exceptionnelle traversait cet océan de larmes sans tomber dans la déréliction. Rabbi Chimchon d’Ostropoli était l’un des chefs de communauté qui redonnait espoir à ses frères grâce à sa foi inébranlable. Lorsque les Cosaques parvinrent à sa ville, il ne céda pas à la panique. Il était calme et noble, défiant la mort grâce à sa confiance dans le Tout-puissant. Il savait que c’était le moment. Il savait qu’il mourrait avec sa communauté pour la sanctification du Nom. Mais il savait aussi que la mort physique n’est pas une mort éternelle. Que leurs âmes perdureraient et que leurs corps revivraient au temps de la résurrection. Rabbi Chimchon marchait avec les siens vers la mort, illuminé par sa foi. Il avait caché un trésor inestimable pour les survivants, un texte d’une profondeur insondable qui permettrait aux Juifs à chaque génération de trouver le salut.  Ce texte, il l’avait rédigé grâce à ses connaissances en Kabala, et à toute la science de la Thora dont il était le Maître. Ce texte pourrait vaincre la mort et la souffrance.

Pourquoi lire la lettre de Rabbi Chimchon avant le seder ?

De génération en génération, nous sommes témoins du miracle. Rabbi Chimchon a dit : « Celui qui lira la lettre le soir de Pessa’h sera sauvé de toute embûche, de mort subite et d’agression. Il sera libéré de ses ennemis et verra la réussite de tous ses projets. » Cette indication est précieuse et nous montre le chemin. C’est pourquoi la lettre figure dans nos Haggadoth de Pessa’h : Rabbi Chimchon savait que la fête de Pessa’h était le moment propice à notre délivrance. Il écrivit le texte grâce à l’inspiration divine, devinant, derrière chaque plaie, grâce aux explications du Arizal, la signification complète du miracle et de ses implications dans le destin d’Israël. Ce trésor est le nôtre. Nous pouvons nous joindre aux tsadikim de notre peuple pour prononcer les mots inspirés de Rabbi Chimchon.

Rabbi Haïm Kanievsky à nos côtés

Lorsque l’obscurité règne, la lumière de nos Sages illumine nos vies. Il suffit de prêter attention, de s’approcher de cette flamme incandescente qui brille dans la nuit. L’un de nos plus grands tsadikim est le Rav Haïm Kanievsky. Dans les moments les plus importants, il est là, à nos côtés, pour tracer la route et nous guider. Quelques heures avant le début de Pessa’h, fête de la délivrance et de la liberté, il tient à nous accompagner et à consacrer un temps précieux et rare à la lecture de la lettre de Rabbi Chimchon. Grâce à son immense érudition, à sa foi lumineuse et à sa proximité divine, il ouvrira les portes du Ciel. Sa voix sera l’écho de celle de Rabbi Chimchon qui a traversé les siècles pour nous parvenir intacte. Il lèvera le voile durant quelques minutes cruciales, afin que nos enfants soient sauvés, que nos vies soient épargnées et que nous puissions vivre en Juifs libres. Libres d’entendre la parole divine, de suivre Ses préceptes, d’être sauvés de nos persécuteurs et de prononcer « L’année prochaine à Jérusalem ».

Pour envoyer votre noms et celui des membres de votre famille, cliquez ici