Sauver sans compter - Vaad harabanim

Sauver sans compter

13/13/5774 08.09.2014

Le Vaad Harabanim est le pouls du peuple juif. En vérifiant les actions qu’il mène, comme autant de battements de cœurs, on peut prendre la mesure de la santé de notre peuple. Découvrons ensemble l’électrocardiogramme de vos actions à ses côtés, qui ont tant joué toute l’année pour guérir les plaies de tant de nos frères…

 

 

Imaginons un homme en simple visite à l’hôpital. Il attend un proche dans la salle d’attente. Tout est calme dans les couloirs du service. De temps à autre, une infirmière passe. Une secrétaire colle une feuille sur le panneau d’affichage, une porte s’ouvre puis se referme. Rien de particulier en somme. Mais soudain, quelque chose d’inhabituel arrive. D’un coup, c’est l’agitation totale. Apparemment il s’agit d’une urgence. Des médecins et des infirmières se pressent à l’entrée. Des brancardiers transportent des blessés et d’un pas pressé les emmènent à l’intérieur. On entend les sirènes d’ambulances et le nombre de blessés augmente sans arrêt. Il s’est passé quelque chose. Même si l’on ne sait pas exactement quoi, un terrible carambolage, une catastrophe naturelle, un attentat, on assiste à un événement inhabituel.

C’est un peu la situation que l’on vit aujourd’hui au Vaad Harabanim : en règle générale, les cas traités suivent une courbe stable. Mais cette année, tout a changé : le nombre de demandes a augmenté en flèche. Le peuple juif traverse une période difficile. Pourquoi ?

 

Colmater la brèche

 

 

Le Vaad Harabanim a pour vocation d’aider les nécessiteux, de sauver des vies, de combler le vide malheureusement laissé par les services sociaux. Il a toujours été l’adresse pour les malades, les blessés de la vie, les personnes dans le besoin. Les délégués de chaque ville sont l’oreille attentive pour comprendre les laissés pour compte, en particulier en cette période de crise. Les malades qui ne peuvent plus travailler et subvenir à leurs besoins, les familles qui s’endettent pour sauver la vie de leurs proches, les enfants démunis qui partent le ventre vide à l’école. Des hommes et des femmes qui ne trouvent plus de travail. Toutes ces personnes qui souffrent tentent de cacher leur honte mais n’ont plus de quoi vivre. Or, grâce à vous, ils savent vers qui se tourner car le Vaad Harabanim est toujours présent. Depuis plus de vingt ans, grâce à vos dons généreux, l’Association les soutient et nombreux sont ceux qui ont vaincu la misère et retrouvé une vie normale…

 

Garder la tête haute

 

Chaque jour, de nombreux dossiers arrivent au bureau du Vaad. Etudiés par les Rabbanim de l’Association, ils sont l’objet de toutes les attentions afin de trouver des solutions. Les responsables essayent d’attribuer une aide à chacun, en la personnalisant. Mais cette année, les Rabbanim ont ressenti les conséquences de la baisse des aides sociales. Beaucoup de ceux qui étaient à la limite du gouffre risquent d’y tomber. Irrémédiablement.

Pour ces derniers, la vie est très difficile. Certains tentent d’emprunter de l’argent pour garder la tête haute mais, en réalité, ne savent pas comment s’en sortir. Ils sont entrés dans un tunnel sans en voir le bout. D’autres essayent de faire des heures supplémentaires, ou de trouver de nouvelles sources de revenus. Mais leurs recherches sont vaines et ils doivent continuer à assurer le quotidien, sans y parvenir. Ils tentent d’économiser mais leurs efforts sont souvent dérisoires. Pour eux, les vacances sont inenvisageables et ils doivent se contenter de sortir avec leurs enfants dans le jardin du quartier. L’achat de nouveaux vêtements est toujours remis à plus tard et la nourriture est revue à la baisse, au strict minimum. Mais tout cela ne suffit pas et il faut trouver des solutions. Urgemment.

Dans d’autres cas, c’est une maladie soudaine qui risque de détruire le noyau familial. Lorsque l’un des parents est atteint d’une affection grave et qu’il ne peut plus subvenir aux besoins de sa famille, la pauvreté s’ajoute aux problèmes médicaux. Le danger est alors certain, menaçant l’équilibre de l’édifice.

Papa est hospitalisé et ne peut plus aller au travail. Maman fait des allers-retours incessants et les retombées se font rapidement ressentir. Le Vaad Harabanim ne peut redonner la santé à un malade mais il peut alléger son fardeau afin qu’il n’accumule pas de dettes destinées à régler des soins vitaux, non remboursés par la sécurité sociale.

À cela s’ajoute la situation dans le Sud du pays durant les derniers mois. L’été n’a fait qu’accentuer les problèmes. De nombreuses familles ne pouvaient plus rester chez elles et vaquer à ses occupations quotidiennes. Pour elle, ce fut l’exode. Elles cherchèrent un oncle, un frère, une cousine dans une autre ville. Mais le revers de la médaille fut un important manque à gagner, outre tous les frais provoqués par ces départs précipités. Loin de chez soi, il n’est pas si facile de surmonter les difficultés.

 

Une dynamique sacrée

 

Toutes ces souffrances, tous ces cas difficiles parviennent quotidiennement au bureau du Vaad Harabanim. Et comme toujours, l’Association fait son maximum pour y répondre, tendre la main et ne pas refuser une aide 

 

essentielle. Toutefois, elle ne peut continuer à soutenir chacun comme elle le souhaiterait. Des milliers d’aides ont été attribuées cette année mais les retombées de 5774 sont grandes et nous voulons persévérer dans notre œuvre commune. Grâce à chacun d’entre vous, vous qui tenez ce prospectus entre vos mains, nous avons pu soulager des milliers de familles. C’est grâce à votre geste, quel qu’il soit, que des cas désespérés ont brisé la dynamique du malheur pour s’inscrire dans la dynamique sacrée du ‘hessed. Alors, ensemble, continuons cette merveilleuse œuvre et soutenons ceux qui en ont réellement besoin. Pour y prendre part, cliquez ici
.

 

 

Li4vLi4vdXBsL2ltZy9uZXdzXzJfMTg3LmpwZw==_300x300