Une lettre à lire absolument - Vaad harabanim

Une lettre à lire absolument

7/27/5773 09.03.2013

Alors que font rage des pogroms dévastateurs dans toute la Pologne, Rabbi Chimchon Ostropoli, un Rav d’une érudition exceptionnelle, va léguer à sa génération et à la postérité une lettre très précieuse. Cette lettre est aujourd’hui encore, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration et d’espoir.

Qui est Rabbi Chimchon Ostropoli ? Témoin des pogroms perpétrés par les Cosaques en Pologne au milieu du 17e siècle, il meurt assassiné avec sa communauté « al kidouch Hachem ». Ce grand Sage, qui connaissait toute la Thora, était un kabbaliste reconnu et mérita, grâce à ses qualités morales et son investissement permanent pour la Thora, de dévoiler de grands secrets de la Kabbale. Rabbi Moché Haïm Luzzato, le célèbre Ram’hal, dira à son sujet qu’il était « un homme saint, un grand Sage très versé dans l’étude et qui a mérité d’avoir accès aux enseignements cachés de la Thora. » La guerre et la dispersion coûtèrent non seulement la vie à des milliers d’hommes mais provoqua aussi la perte d’écrits précieux. Ainsi, des ouvrages de Rabbi Chimchon Ostropoli, il ne reste que peu de traces. Mais une lettre a été miraculeusement conservée et nous est parvenue malgré les épreuves et les vicissitudes.

A feu et à sang

La Pologne entière est le théâtre de sanglants pogroms qui déciment des centaines de communautés. Mais loin de se décourager, les Sages n’ont de cesse de prier pour la délivrance. En ces temps sombres et d’une cruauté indicible, ils gardent la emouna et la transmettent à leurs enfants et à leurs disciples. C’est dans ce contexte que voit le jour la lettre de Rabbi Chimchon Ostropoli. Une lettre de emouna et d’espoir qui permettra de renforcer la confiance en D.ieu des générations futures. Dans cette lettre, le Rabbi expose de grands secrets de kabbala concernant la gueoula. Et il précise à la fin de son texte que celui qui le lira sera protégé de tout mal et permettra à la délivrance finale de voir le jour. Quelle est la portée réelle de ces mots qui cachent un sens profond et secret ?

A lire absolument la veille de Pessa’h

La lettre de Rabbi Chimchon Ostropoli contient des secrets concernant la délivrance du peuple juif. « La veille de Pessa’h, celui qui lira la lettre sera protégé de tout mal », précise le tsadik. La fête de Pessa’h n’est-elle pas une préfiguration de la délivrance finale ? Grâce aux indications du Rav, les communautés juives de par le monde lisent cette lettre qui figure dans de nombreuses Haggadoth et permettent ainsi d’accélérer le processus de délivrance. La lire est donc déjà d’une importance capitale. Plus fondamentale encore est sa lecture pour celui qui est capable de la comprendre ! De nos jours, seuls certains érudits en Kabbale sont susceptibles d’élucider le sens profond des mots de Rabbi Chimchon Ostropoli. Parmi eux, l’un des plus reconnus est Rav Haïm Kanievsky.

D’Ostropole à Bné Brak

Un petit appartement très simple à Bné Brak. Les pièces sont remplies de livres. Une atmosphère très particulière règne à l’intérieur de cette enclave de kedoucha. Le nettoyage de Pessa’h a commencé il y a quelques jours et vient de se terminer. Dans tous les foyers juifs, la veille de Pessa’h est marquée par un regain d’activité. Il faut préparer les derniers repas, les courses, le seder, les tenues des enfants. Mais chez Rav Haïm Kanievsky, l’ambiance est différente. Le Rav se prépare au grand soir. Il est entouré de ses livres et parmi ses lectures, se trouve une lettre sur laquelle il se concentre particulièrement, la lettre de Rabbi Chimchon. Rav Haïm comprend la signification de chaque mot, de chaque expression et c’est pourquoi il en comprend la portée véritable. Il espère dans la gueoula et prie pour que chacun d’entre nous soit délivré personnellement. Ainsi, après la lecture de la lettre, en signe de reconnaissance envers les donateurs du Vaad Harabanim qui, toute l’année, redonnent vie et espoir aux personnes en difficulté, Rav Haïm les mentionne afin qu’ils bénéficient de la protection promise dans la lettre.

 

Cette année, ce que nous vous proposons, ce n’est pas simplement de transmettre votre nom. Cette année, nous voulons tous ensemble, où que nous soyons, à la maison, à la synagogue ou au beith hamidrach, en pleins préparatifs ou dans une chambre d’hôtel, lire la lettre de Rabbi Chimchon Ostropoli. A 14h30, nous nous arrêterons tous afin que nos voix, en écho à celle de Rav Haïm, s’unissent pour une tefila spéciale. Et tous ensemble, ou que nous soyons, nous nous unirons afin de lire la lettre de Rabbi Chimchon et de mériter la gueoula, délivrance de tout le peuple juif et de chacun d’entre nous.

 

Pour transmettre votre nom à Rav ‘Haim Kaniewsky Chlita, cliquez ici.