Une lettre pour l’éternité - Vaad harabanim

Une lettre pour l’éternité

7/29/5777 27.03.2017

Massacres et tourments, épreuves et souffrances n’ont pas eu raison de lui. A l’image du peuple juif, le Rabbi Chimchon d’Ostropoli a résisté par l’esprit et nous a laissé un héritage inestimable. Une lettre écrite pour toutes les générations, lue la veille de Pessa’h, est capable d’ouvrir les portes du Ciel. Avec Rav Haïm Kanievsky, à l’unisson.

« Fuyez, ils arrivent ! » Le Rabbi Chimchon d’Ostropoli n’abandonnerait pas sa communauté. Il se leva et s’approcha de la fenêtre. Des hordes de cosaques envahirent l’horizon. Le Tsadik avait caché l’essentiel, ses œuvres et le testament qu’il laisserait au monde : la lettre pour la délivrance, révélé par un ange. Il avait pressenti le drame et avait encouragé ses frères à revenir à Lui. Mais le temps était passé et le décret devait s’accomplir. Il était fier de prononcer en ce jour le Shema Israël pour la sanctification du Nom. Ce jour-là, le Rav d’Ostropoli périt avec sa sainte communauté. Tous furent assassinés « al kidouch haChem ». Rabbi Chimchon fut enterré à Ostropoli en Ukraine. Il laissa une œuvre importante, centrée sur la Kabbala. Parmi elles, on compte le livre Karnaïm et le Likouté Chochanim.

L’esprit est plus fort que la mort

Les siècles ont passé mais certaines épreuves perdurent. Comme Hachem aime son peuple, Il ne le laisse jamais seul et le protège avant même que le danger n’apparaisse. Il a offert au monde, grâce à la lettre du Rabbi d’Ostropoli, la possibilité de nous sauver des dangers les plus oppressants. Dans ce texte sont contenus des secrets immémoriaux, révélés par le Ari Zal. Rabbi Chimchon explique que la lecture des explications qu’il donne des dix plaies permet de nous protéger des périls qui nous guettent. Et c’est pourquoi, comme il l’affirme lui-même : « Celui qui lira la lettre le soir de Pessa’h sera sauvé de toute embûche, de mort subite et d’agression. Il sera libéré de ses ennemis et verra la réussite de tous ses projets. » Elle figure dans toutes les Agadoth et nombreux sont ceux, de par le monde, qui la lisent quelques heures avant le début de Pessa’h. C’est le cas de notre Maître Rabbi Haïm Kanievsky.

Une inspiration céleste

Tout le monde sait que les derniers moments avant le début de la fête de Pessa’h sont particulièrement intenses. Au milieu de ce regain d’activité, un homme s’assoit et se concentre. Cet homme, dont le regard semble toujours se tourner vers les Cieux, c’est Rav Haïm Kanievsky. Il est âgé, mais son cœur palpite pour le peuple juif. Il sait que dans quelques heures, le seder de Pessa’h portera avec lui un immense potentiel de délivrance. C’est pourquoi il prend dans sa main le livre de Rabbi Chimchon et se plonge dans la lecture de la célèbre lettre. Il la lit en pensant à chaque mot, pour que les richesses qui y sont contenues puissent se déverser sur le monde. Et tout en pensant à la délivrance du peuple juif, il pense à tous ceux qui souffrent. Rav Haïm est bien placé pour cela. C’est à lui que l’on adresse les dossiers le plus compliqués ; il connaît les cas difficiles et leur apporte le soutien nécessaire. La lettre de Rabbi Chimchon a le pouvoir de nous sauver des plus grands périls. Lorsque Rav Haïm la lira quelques heures avant que la nuit tombe, ce sera un sanglot repris par les centaines de milliers de Juifs qui la liront au quatre coins du monde.

Pour nous tous, la lecture de la lettre de Rabbi Chimchon est une opportunité unique. Unissons-nous autour de Rav Haïm Kanievsky pour cette prière exceptionnelle, quelques heures avant le début de Pessa’h. Comme nous l’a indiqué le Tsadik Rabbi Chimchon, afin d’être protégé de tout mal et de réussir ce que nous entreprenons. La délivrance est là, tentons, ensemble, de la hâter.

Pour envoyer votre nom au Rav, cliquez ici

SLAIDER_PESACH_FR_5777_002

Pour envoyer votre nom au Rav, cliquez ici