Une manne venue du ciel

4/29/5776 10.01.2016

Durant l’hiver, les couches défavorisées souffrent en particulier. Le Vaad Harabanim lutte contre la fatalité grâce à une initiative qui réchauffe le coeur : en un jour, des milliers de chékels seront distribués aux nécessiteux. Le choix de cette date n’a rien de fortuit : c’est celle de la lecture de Parachat hamanne. Comme une manne descendant du ciel, l’aide de l’Association caritative est un soulagement pour les laissés-pour-compte.

Le Vaad Harabanim est soucieux de tous, et souhaite remercier les donateurs qui rendent possible, toute l’année, son action en faveur des plus démunis. C’est la raison pour laquelle l’Association organise la lecture de la parachath hamanne pour les donateurs, sur le tombeau du Rabbi de Riminov, qui révéla la segoula il y a deux siècles. Ce jour-là, le mardi 19 janvier 2016, les donateurs seront aux côtés du Vaad en soutenant son œuvre et son action et pourront acquérir grâce à leur générosité, des mérites incommensurables. Car pour certains, l’hiver est parfois rude, même quand les températures ne descendent pas en dessous de zéro. De nombreuses familles souffrent de pauvreté, des personnes malades ou seules, souvent sans ressources, sont les premières touchées par la misère. Pour répondre à cette angoissante situation, le Vaad Harabanim n’a de cesse de trouver des réponses appropriées. « Il ne suffit pas d’attribuer des aides financières même si elles sont capitales, analyse David, un représentant de l’Association. Notre vocation est de remettre à flot les personnes en difficulté en leur donnant les moyens de sortir la tête de l’eau. Par exemple, en aidant à des reconversions professionnelles ou en aidant à l’échelonnement de certaines dettes, nous soutenons les plus démunis dans leur lutte contre la misère. » Des paniers alimentaires aux soins médicaux et dentaires en passant par l’éducation ou les fonds spéciaux, l’Association du Vaad Harabanim a fait de l’autre son emblème.

Des projets ambitieux

La Parachath Hamanne, lue le mardi qui précède la Parachath Bechala’h, est l’opportunité d’organiser une prière spéciale sur la tombe de Rabbi Mena’hem Mendel de Riminov, qui initia cette segoula. « Le Grand tsadik de Riminov, explique David, a laissé en héritage une indication sur un moyen formidable de recevoir la bénédiction financière : lire le passage de la manne dans la Parachath Bechala’h à cette date précise. Comme nos ancêtres qui eurent besoin de l’aide divine dans le désert afin de recevoir une subsistance, nous sommes dépendants de la bénédiction divine. En devenant le pont entre ceux qui veulent donner et ceux qui ont besoin de recevoir, nous réalisons cette segoula au premier plan car l’entraide est une bénédiction supplémentaire. Qui, de nos jours, n’a pas besoin de protection divine dans le domaine financier ? En prenant sous notre aile l’un de nos frères juifs, nous incitons le Ciel à en faire de même avec nous. Lisons ensemble la Parachath Haman le mardi 19 janvier 2016, et envoyez vos noms aux délégués du Vaad Harabanim dépêchés sur la tombe du Rabbi de Riminov en Pologne ! »

Les envoyés du Vaad Harabanim récitent la Parachat Hammane à Riminov sur la tombe du Tsadik, l’année dernière :

Voici le texte de la Parachat Hamanne :

Manne57753