"Le Vaad Harabanim et l'Ange du Chabbath" - Vaad harabanim

« Le Vaad Harabanim et l’Ange du Chabbath »

Cher Vaad,

Je veux vous faire partager une histoire étonnante. J’habite à Strasbourg, en France, près de la frontière allemande. Vendredi dernier, un ami m’a proposé d’aller dans un magasin particulier, en Allemagne. Pour nous, c’est comme aller d’une ville à l’autre, ce n’est pas compliqué de passer la frontière.

 

Je suis parti tôt le matin, mais c’était comme si un mauvais ange me poursuivait : ça a commencé avec un embouteillage pas possible, puis, alors que je voulais prendre de l’essence, la voiture a commencé à chauffer et il a fallu attendre qu’elle refroidisse avant de continuer.

 

Nous avons fait encore 2 km, et avons dû nous arrêter à nouveau. Nous avons essayé de téléphoner, pour constater que nos téléphones mobiles ne marchaient ni l’un ni l’autre hors de France. Nous avons alors essayé d’activer un des systèmes de détresse qu’on trouve au bord des autoroutes, mais au bout d’une heure aucun secours n’était arrivé. Nous avons tenté d’arrêter d’autres véhicules. Mais ils passaient si vite qu’ils ne nous donnaient même pas un coup d’œil.

 

Finalement, nous avons réussi à arrêter quelqu’un, qui accepta de prévenir la police pour nous, mais elle non plus n’est pas venue ! Tout ce qui pouvait ne pas marcher, eh bien, ça ne marchait pas ! Chabbat s’approchait. Nous commencions à nous inquiéter, passer Chabbat ici, sur l’autoroute…

 

Quand j’ai vu que tout était sans issue, j’ai promis que si nous arrivions à la maison à l’heure, je donnerais 10 euros au Vaad Harabanim. Nous avons cessé d’essayer d’arrêter qui que ce soit, nous avons simplement dit des Tehilim.

 

Dés cet instant, notre mauvais ange a été remplacé par un bon. Dix minutes ne s’étaient pas passées qu’un jeune homme s’est arrêté de son propre chef et nous a offert son aide (événement rare, en toute occasion). Nous lui avons expliqué en anglais que nous étions des Juifs qui devions arriver à la maison avant le crépuscule.

 

Il prit alors une grosse corde, et nous tracta jusqu’à la prochaine station service, où nous pourrions laisser la voiture quelques heures en stationnement. Autre chose à signaler : nous étions à peine entrés dans son véhicule qu’il commença à pleuvoir à flots. Nous aurions pu être coincés sous la pluie, ça aurait été le bouquet !

 

Quand nous sommes arrivés à la station service, le jeune homme a expliqué au responsable que nous ne pourrions revenir prendre la voiture avant dimanche matin, et il fit tout son possible pour le convaincre de nous y autoriser.

 

Il nous proposa de nous conduire à la maison gratuitement, mais la pluie continuait à tomber et le trafic allait de mal en pis. Soudain, il sortit de la route et nous dit de ne pas nous en faire, qu’il connaissait un raccourci. Et vous savez quoi ? Il nous déposa chez nous une demi-heure avant l’allumage des bougies. Nous avons voulu le payer, mais il a simplement refusé.

 

C’est extraordinaire. Il était l’Ange du Chabbat du Vaad Harabanim, qui nous avait été envoyé pour que nous ne transgressions pas Chabbat.

Nous avons fait vœu de ne plus aller à de grandes distances le vendredi, même en partant tôt le matin. Nous serions heureux que vous publiiez cette histoire pour que chacun puisse la lire.

 

Veuillez trouver ci-joint 50 euros, vingt pour moi et trente pour mon ami, comme nous l’avons promis.

Bien à vous

S.B. Strasbourg, France